lundi 4 juillet 2022
A VOIR

|

La Polynésie comptait 279 550 habitants au 31 décembre 2021

Publié le

Une croissance de la population ralentie en 2021. Un phénomène qui s’est accentué avec une forte hausse de la mortalité due à la pandémie de Covid-19 explique l'Institut de la statistique de la Polynésie dans sa dernière publication.

Publié le 20/05/2022 à 10:52 - Mise à jour le 20/05/2022 à 10:53
Lecture 2 minutes

Une croissance de la population ralentie en 2021. Un phénomène qui s’est accentué avec une forte hausse de la mortalité due à la pandémie de Covid-19 explique l'Institut de la statistique de la Polynésie dans sa dernière publication.

Plus important que les années précédentes, le ralentissement de la croissance démographique en 2021 en Polynésie est lié à l’impact de la crise sanitaire, notamment la hausse très marquée de la mortalité, ainsi qu’à la baisse de la natalité et au déficit
migratoire, explique l’ISPF.

Au cours de l’année 2021, 2 274 Polynésiens sont décédés, soit 595 personnes de plus qu’en 2020 et une hausse de 35,4 %.
Contrairement à certains territoires, la hausse de la mortalité due à la pandémie n’est pas plus marquée chez les plus de 65 ans que chez les autres, relève l’Institut de la statistique. En Polynésie française, la hausse de mortalité prématurée est similaire à celle observée en population générale.

Du fait du vieillissement de la population avec l’arrivée nombreuse de personnes à des âges de forte mortalité, le nombre de décès a tendance à augmenter ces dernières années (+ 1,7 % en moyenne annuelle entre 2010 et 2019). L’augmentation en 2020 de 7,1 % et en 2021 de 35,4 % est sans précédent (depuis 1983).
L’épidémie de Covid-19 a donc eu un fort impact sur la mortalité en 2020 et 2021. Entre novembre 2020 et janvier 2021, 521
décès ont été enregistrés soit 1,3 fois plus que sur les mêmes mois entre 2015 et 2019. Concernant la période d’août et septembre 2021, 923 décès ont été enregistrés, soit 3,7 fois plus que sur les mêmes mois entre 2015 et 2019.

La pandémie fait baisser l’espérance de vie

En 2021, l’espérance de vie à la naissance s’établit à 76,3 ans chez les femmes et à 71,5 ans chez les hommes. Les femmes
perdent 3,1 ans d’espérance de vie et les hommes 2,5 ans. En 2020, aucune baisse notable de l’espérance de vie n’avait été observée, contrairement à la France métropolitaine. L’espérance de vie de 2021 correspond au nombre moyen d’années que pourrait s’attendre à vivre la population si elle était soumise toute sa vie aux conditions de mortalité de 2021. L’espérance de vie peut donc, si les conditions de mortalité sont similaires aux années précédentes, remonter en 2022.

1,7 enfant par femme en 2021

En 2021, l’indice conjoncturel de fécondité (ICF) s’établit à 1,7 enfant par femme. Après avoir été supérieur à l’ICF métropolitain jusqu’en 2012, il est devenu inférieur. En 2021, l’ICF français s’établit à 1,8 enfant par femme.
L’ICF polynésien baisse depuis plusieurs décennies, notamment entre les années 80 et la fin des années 90. Cette baisse se poursuit plus modérément jusqu’à aujourd’hui. Il y a une décennie, l’ICF était de plus de 2,0 enfants par femme.

Retrouvez la publication complète de l’ISPF ICI

infos coronavirus