La Polynésie commémore l’arrivée de l’Evangile

Publié le

C’est une date qui marque un tournant dans l’histoire de la société polynésienne. Le 5 mars 1797, le navire Duff de la London missionnary society arrivait à Tahiti. C’est le début de l’évangélisation du peuple tahitien, qui apprendra à lire et à écrire. Une véritable révolution qui changera les mœurs et coutumes locales. 226 ans plus tard, l’église protestante commémore cette date à travers un culte, mais aussi à travers des représentations culturelles.

Publié le 05/03/2023 à 14:12 - Mise à jour le 06/03/2023 à 9:01

C’est une date qui marque un tournant dans l’histoire de la société polynésienne. Le 5 mars 1797, le navire Duff de la London missionnary society arrivait à Tahiti. C’est le début de l’évangélisation du peuple tahitien, qui apprendra à lire et à écrire. Une véritable révolution qui changera les mœurs et coutumes locales. 226 ans plus tard, l’église protestante commémore cette date à travers un culte, mais aussi à travers des représentations culturelles.

5 mars 2023, plus de deux siècles après l’arrivée de l’évangile au fenua. Au temple protestant de Paofai, dans le 7ème arrondissement, on commémore cette date historique par un purera’a, le traditionnel culte du dimanche.

La veille au soir, c’est à Mataiea que se rassemblaient les paroissiens du 2ème arrondissement. Ils étaient près de 2000 fidèles représentant les 10 paroisses de Faa’a à Teahupo’o. Parmi eux, beaucoup de jeunes de moins de 30 ans.

Pour Taiau Tereua, représentant de jeunesse du second arrondissement de l’Eglise protestante maohi, « c’est un jour extraordinaire, c’est un jour où la vraie parole de Dieu a été apportée à nous, peuple maohi nui. S’il n’y avait pas ça, on irait sur le marae.« 

Le rassemblement des fidèles du 2ème arrondissement a commencé vendredi et s’est poursuivi tout le week-end. Au programme : des études bibliques, une journée sportive et samedi soir, des prestations culturelles sur le thème « Te hui aito ». Orero, ‘aparima, ‘otea : le spectacle a duré plus de deux heures.

Si les fidèles ont troqué leurs robes missionnaires et leurs costumes pour des tenues traditionnelles, l’objectif restait le même : louer le Seigneur et commémorer l’arrivée de la parole sainte sur le territoire polynésien.

Dernières news

Activer le son Couper le son