jeudi 18 juillet 2019
A VOIR

|

La lutte de Mata Tohora contre le harcèlement des cétacés

Publié le

ENVIRONNEMENT - La saison des baleines approche en Polynésie. Mata Tohora, l’association de protection des mammifères marins se mobilise contre le harcèlement des cétacés. Ce week-end des conférences gratuites sont organisées. La fondatrice de l'association, Agnès Benet, était l'invitée de notre journal.

Publié le 31/05/2019 à 8:57 - Mise à jour le 20/06/2019 à 9:03
Lecture 3 minutes

ENVIRONNEMENT - La saison des baleines approche en Polynésie. Mata Tohora, l’association de protection des mammifères marins se mobilise contre le harcèlement des cétacés. Ce week-end des conférences gratuites sont organisées. La fondatrice de l'association, Agnès Benet, était l'invitée de notre journal.

Vous organisez donc deux conférences gratuites, samedi et dimanche, à 17 heures 30, dans les jardins du musée de Tahiti et des îles. Samedi sur les baleines à bosse, et dimanche sur les dauphins à long bec. Pourquoi organiser de telles conférences ?
“Alors précisément sur ces deux espèces alors qu’il existe une vingtaine d’espèces de cétacés en Polynésie, on a ciblé sur les baleines à bosse et les dauphins à long bec parce que ce sont les espèces les plus sensibles et les plus vulnérables à l’homme. Tout simplement parce qu’elles se rapprochent des côtes, et on peut voir beaucoup de baleines à bosse et de dauphins à long bec que la vingtaine d’espèces qui existe en Polynésie. Donc on cible sur ces deux espèces pour renforcer notre communication et expliquer les comportements surtout. On rappellera bien-sûr les règles d’approche, mais on insistera sur les comportements des animaux, pour savoir à quel moment on les perturbe et à quel moment on peut faire des observations sans les déranger.”

(…)

Quand on parle de harcèlement, ce n’est pas un mot exagéré ?
“Ce n’est pas exagéré. Le harcèlement, dans notre jargon, signifie tout dérangement de l’animal induit par l’homme. C’est-à-dire tout changement du comportement de l’animal induit par l’homme. Par exemple, la baleine ou le dauphin sont au repos, l’homme arrive très vite en bateau -et souvent, c’est ce qui les dérange- et donc ils repartent au large. En repartant au large, on le met face à leurs prédateurs, et c’est ce qu’il faut absolument éviter. D’ailleurs, on parlant de prédateurs, les orques qu’on adore, qui sont des dauphins aussi, sont bel et bien présentes dans nos eaux toute l’année, et elles présentent un danger pour les baleineaux et les dauphins. L’homme ne fait pas partie de son régime alimentaire, que l’on ne s’inquiète pas. En revanche, elles se nourrissent soit de poissons soit de mammifères marins. Et c’est ce qu’il faut éviter.”

>> Lire aussi : Des orques aperçues à Bora Bora

“En fait, quand on perturbe les animaux, les dauphins à long bec et les baleines viennent près des côtes et dans les baies pour se mettre à l’abri des prédateurs et pour se reposer. (…) Le repos correspond au sommeil de l’homme, mais on parle de repos chez les cétacés parce qu’ils sont toujours en mouvement et ils ont toujours une activité cérébrale pour pouvoir remonter respirer. Parfois, c’est vraiment de la méconnaissance qui fait que les gens ne le font pas exprès et vont déranger les animaux.”

 En Polynésie, on compte plus d’une trentaine de prestataires touristiques qui proposent du whale watching. Selon vous c’est une erreur de faire des cétacés un argument touristique ou est-ce qu’on peut avoir ce genre de pratique sans déranger et perturber les animaux ?
“Lorsque le whale watching est bien pratiqué, -d’ailleurs il y a un label de whale watching pour les professionnels les plus respectueux- il n’y a pas de raison de les déranger. Et ces gens-là aussi sont formés pour savoir à quel moment ils vont les déranger, et là, il ne faut pas hésiter à arrêter l’observation. Donc on stoppe l’observation ou on recule beaucoup.”

> Lire aussi : Un appel aux dons pour protéger les baleines et les dauphins en Polynésie

“Les particuliers, on les forme comme on peut, avec des conférences ou en allant les voir directement sur l’eau.”

Le 8 juin sera célébrée la Journée mondiale des océans. Conférences et sensibilisation seront organisées ce jour-là, au parc Paofai. L’association Mata Tohora sera bien entendu de la partie. Mais en attendant, dans le cadre de son programme de sensibilisation à la protection des cétacés, elle propose donc le samedi 1er juin au musée de Tahiti et des îles, une projection de documentaire suivi d’une conférence/débat sur les baleines à bosse. Le dimanche 2 juin sera consacré aux dauphins. Agnès Benet, océanologue et présidente de Mata Tohara, présentera les résultats de l’étude sur les dauphins à long becs de Punaauia, réalisée par le ministère de l’environnement.

Plus d’informations ICI

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Te Aito 2019 : les 1055 compétiteurs s’affronteront...

Charley Maitere, membre du comité d’organisation de la Te Aito 2019, était invité en plateau afin de nous parler de la compétition à venir et des dispositifs mis en place autour de ces 2 jours de compétition.

Nucléaire : Richard Tuheiava se réjouit du retour de...

https://youtu.be/5JRRCUXLSmM Une délégation composée de membres du Tavini et des membres de l’Église protestante ma'ohi s’est rendue à...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X