samedi 18 septembre 2021
A VOIR

|

La légion étrangère recrute ses futurs soldats

Publié le

La légion étrangère cherche de nouvelles recrues. Deux gradés sont allés à la rencontre de potentiels candidats à Punaauia. Une opération qui se poursuivra dans d’autres communes et dans les îles. Sur les 9 000 légionnaires que compte ce corps de l’armée, les soldats français ne représentent que 13% des effectifs.

Publié le 27/04/2021 à 15:52 - Mise à jour le 27/04/2021 à 16:08
Lecture 2 minutes

La légion étrangère cherche de nouvelles recrues. Deux gradés sont allés à la rencontre de potentiels candidats à Punaauia. Une opération qui se poursuivra dans d’autres communes et dans les îles. Sur les 9 000 légionnaires que compte ce corps de l’armée, les soldats français ne représentent que 13% des effectifs.

La légion étrangère entame une tournée des communes. L’objectif ? Se faire connaître dans le but de recruter des hommes français ou francophones, âgés de 17 à 40 ans. Aucun niveau d’étude n’est requis. La légion ne cherche pas des champions de la condition physique mais exige engagement et discipline. Et parmi la vingtaine de postulants à Punaauia, les profils sont divers.

Haumana a 23 ans. Actuellement barman et bien qu’en CDI dans un restaurant réputé de Papeete, le jeune homme souhaite changer de voie. “On peut dire que j’ai réussi ma vie mais je ne suis pas satisfait”, confie-t-il. “J’aime bien protéger les autres”. Et même s’il est jeune, Haumana assure pourtant avoir bien la tête sur les épaules. “Mon beau-père m’a dit que la légion étrangère, c’est un métier où pas beaucoup [NDLR : de personnes] y vont, et que tout se passe là, dans la tête, parce que c’est assez dur”. “Ça fait plusieurs mois que j’attends ça, je suis assez motivé. Et puis on va dire qu’en hôtellerie, c’est un peu carré, donc je suis déjà prêt”.

Pour Pierre, autre candidat, c’est l’aventure et la volonté de servir son pays qui l’ont poussé à se présenter au recrutement. “Me faire une nouvelle vie, lancer une nouvelle carrière. […] Il y a quelqu’un de ma famille qui est en France. Il a fait 3 ans et là il lui reste 2 ans. Après, il revient sur Tahiti. C’est lui aussi qui me pousse à aller là-bas. […] Oui la vie est dure, mais on est fait pour ça. On est des Tahitiens, on est des ‘aito. C’est ça la vie, servir notre pays, servir la France”.

Ce corps d’élite de l’armée veut casser les préjugés malgré des règles strictes, notamment la première année d’engagement où le soldat doit changer d’identité.

Les criminels et les trafiquants de drogues sont exclus des recrutements. La légion ouvre par contre ses portes à des hommes bousculés par la vie et propose une seconde chance avec une carrière militaire.

L’adjudant Radu Knotek, chef de poste au recrutement à la Légion étrangère, donne plus de détails : “Tous ceux qui ont un casier judiciaire lourd avec un passé lourd, il n’y a pas de remise à zéro possible. Nous sommes alignés plus ou moins sur les mêmes bases de recrutement que l’armée française. Maintenant, à quelques exceptions près, si il y a un jeune, à ses 17 ans, il a fait une bêtise de jeunesse, qu’il a un petit casier parce qu’il a volé une mobylette, on ne pourra pas le pointer du doigt et lui jeter la pierre pour lui dire qu’il sera quelqu’un de mauvais toute sa vie. On lui donne l’opportunité de prouver que c’est quelqu’un de bien, on va lui accorder sa chance”.

En 2020, la légion étrangère a recruté 1750 nouveaux soldats. Apres une série de tests, le processus peut aller très vite pour les candidats retenus. Le contrat d’engagement est d’une durée de 5 ans renouvelable. Quant aux femmes, elles ont la possibilité de postuler à la légion mais uniquement afin de se spécialiser, dans des domaines comme la couture ou la réparation de parachute ou encore dans le cadre médical.

Rédigé par

infos coronavirus