jeudi 3 décembre 2020
A VOIR

|

La gendarmerie met en garde contre les faux ordres de virements bancaires

Publié le

Publié le 11/12/2018 à 15:48 - Mise à jour le 11/12/2018 à 15:48
Lecture 2 minutes

Ces derniers temps, les enquêteurs du commandement de la gendarmerie pour la Polynésie française ont constaté une augmentation des victimes d’escroqueries aux faux ordres de virements bancaires. Dans la plupart des cas, il s’agit de virements frauduleux via Internet à destination de particuliers domiciliés au fenua ou en métropole.
 
La technique s’apparente aux escroqueries de type « phishing ». 
Dans un premier temps, les victimes reçoivent un faux courrier électronique à l’effigie de leur banque, souvent pour des raisons de sécurité, les invitant à se connecter à leur compte en ligne. Le lien les conduit en réalité vers un site pirate (copie parfaite du site de la banque) afin de récupérer leurs données bancaires.
 
Nantis de ces renseignements, le pirate se connecte ensuite sur les comptes des victimes et réalise des virements vers des comptes bancaires de bénéficiaires domiciliés en Polynésie ou en métropole.
 
Pour ce faire, les bénéficiaires (mules financières) ont, pour la plupart, été préalablement contactés par mail par des « pseudo sociétés », leur offrant un « travail » qui consiste à réceptionner des virements et à les renvoyer ensuite vers ces sociétés moyennant un pourcentage à hauteur de 10% des sommes reçues, ce qui s’appelle du « muling ».
 
La gendarmerie, à l’instar de ce qui se fait déjà par les organismes bancaires, rappelle qu’il ne faut en aucun cas communiquer ses identifiants bancaires et qu’il faut se méfier des offres et promesses faisant miroiter des gains d’argent faciles.
 
Si vous êtes victime de virements frauduleux ou si vous pensez être une mule financière par l’arrivée de fonds sur votre compte bancaire, alertez immédiatement votre banque et les services de gendarmerie.
 
Ces mouvements de fonds sont souvent destinés à financer ou à blanchir le produit d’autres filières criminelles. N’en soyez pas complices !, intime la gendarmerie.
 

D’après un communiqué

infos coronavirus