mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

La gendarmerie met en garde contre les faux ordres de virements bancaires

Publié le

Publié le 11/12/2018 à 15:48 - Mise à jour le 11/12/2018 à 15:48
Lecture 2 minutes

Ces derniers temps, les enquêteurs du commandement de la gendarmerie pour la Polynésie française ont constaté une augmentation des victimes d’escroqueries aux faux ordres de virements bancaires. Dans la plupart des cas, il s’agit de virements frauduleux via Internet à destination de particuliers domiciliés au fenua ou en métropole.
 
La technique s’apparente aux escroqueries de type « phishing ». 
Dans un premier temps, les victimes reçoivent un faux courrier électronique à l’effigie de leur banque, souvent pour des raisons de sécurité, les invitant à se connecter à leur compte en ligne. Le lien les conduit en réalité vers un site pirate (copie parfaite du site de la banque) afin de récupérer leurs données bancaires.
 
Nantis de ces renseignements, le pirate se connecte ensuite sur les comptes des victimes et réalise des virements vers des comptes bancaires de bénéficiaires domiciliés en Polynésie ou en métropole.
 
Pour ce faire, les bénéficiaires (mules financières) ont, pour la plupart, été préalablement contactés par mail par des « pseudo sociétés », leur offrant un « travail » qui consiste à réceptionner des virements et à les renvoyer ensuite vers ces sociétés moyennant un pourcentage à hauteur de 10% des sommes reçues, ce qui s’appelle du « muling ».
 
La gendarmerie, à l’instar de ce qui se fait déjà par les organismes bancaires, rappelle qu’il ne faut en aucun cas communiquer ses identifiants bancaires et qu’il faut se méfier des offres et promesses faisant miroiter des gains d’argent faciles.
 
Si vous êtes victime de virements frauduleux ou si vous pensez être une mule financière par l’arrivée de fonds sur votre compte bancaire, alertez immédiatement votre banque et les services de gendarmerie.
 
Ces mouvements de fonds sont souvent destinés à financer ou à blanchir le produit d’autres filières criminelles. N’en soyez pas complices !, intime la gendarmerie.
 

D’après un communiqué

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une nouvelle darse pour les pêcheurs de Raiatea

Après de longues années d’attente, les pêcheurs en haute mer de Raiatea ont enfin emménagé dans la nouvelle darse mitoyenne à la marina de Uturoa. Une acquisition rendue possible grâce au partenariat État/Pays. De quoi redonner du dynamisme aux professionnels du secteur…

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV