A VOIR

|

La galette des rois : une période de travail intense pour les boulangers

Publié le

Maintenant que les fêtes de fin d'année sont finies, place à la galette des rois. Ou comment continuer de se faire plaisir après les fêtes… Une tradition gourmande respectée par beaucoup. Chaque première semaine de janvier est donc une période chargée pour les boulangeries.

Publié le 02/01/2023 à 14:08 - Mise à jour le 02/01/2023 à 19:11
Lecture 1 min.

Maintenant que les fêtes de fin d'année sont finies, place à la galette des rois. Ou comment continuer de se faire plaisir après les fêtes… Une tradition gourmande respectée par beaucoup. Chaque première semaine de janvier est donc une période chargée pour les boulangeries.

Chaque première semaine de janvier, c’est la reine des fêtes… Bien dorée et voluptueuse, la galette des rois orne les tables. Les clients affluent dans les boulangeries et pâtisseries. “C‘est une tradition donc oui, c’est obligé, on achète la galette des rois comme chaque année” confie une cliente.

Au chocolat, à la pistache ou encore au coco selon les pâtisseries ou les boulangeries, les saveurs proposées varient, mais la plus prisée reste la galette classique à la frangipane. Des galettes qui ornent les étals des supermarchés et les vitrines des boulangerie et patisseries depuis une semaine déjà. Les boulangers s’organisent pas rapport à la demande comme dit Hugo, vendeur au Fournil Hautbois, à Arue: “Beaucoup de demandes, les gens veulent les avoir de plus en plus rapidement, du coup on les sort le plus rapidement possible. Dès que les 1res demandes arrivent, on sort tout ça.”

L’épiphanie, une période cruciale pour les boulangers. Dans cet atelier de Arue, plus d’un millier de galette est confectionné durant la période. 16 collaborateurs sont au fourneau pour satisfaire la demande: “on prend un petit peu sur nous parce que voilà, il faut beaucoup beaucoup produire, et tant mieux c’est la meilleure période de l’année pour nous, en terme de commerce. Mais c’est vrai qu’il y a beaucoup de charge de travail à supporter pour les équipes” témoigne Julien Billardon, responsable de la boulangerie.

Il faut compter 72 heures pour réaliser une galette et cela commence par un beau feuilletage. C’est ensuite au montage que tout se passe. Et là aussi c’est une affaire d’équipe, les uns préparent la pâte feuilletée, les autres la crème et une dernière équipe s’occupe du montage.

Le tout est ensuite enfourné durant 45 minutes. Avec une cuisson bien maîtrisée, difficile ensuite de résister à cette pâtisserie gourmande et réconfortante.