lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

La Fondation Brigitte Bardot offre son aide pour stériliser 1500 chiens errants à Huahine

Publié le

L'association A Ti'a Matairea vient d'obtenir une subvention de la part de la Fondation Brigitte Bardot pour mener à bien son projet de stérilisation de chiens errants sur l'île de Huahine.

Publié le 16/07/2020 à 11:30 - Mise à jour le 16/07/2020 à 11:47
Lecture < 1 min.

L'association A Ti'a Matairea vient d'obtenir une subvention de la part de la Fondation Brigitte Bardot pour mener à bien son projet de stérilisation de chiens errants sur l'île de Huahine.

C’est une nouvelle qui ravit les membres de l’association A Ti’a Matairea. Cette association de Huahine vient d’obtenir une subvention de la part de la Fondation Brigitte Bardot pour stériliser 1500 chiens errants de l’île.

Cette campagne prévoit l’intervention de vétérinaires bénévoles du Wolrdwide Veterinary Service (WVS), une organisation basée au Royaume-Uni qui apporte son aide aux animaux du monde entier. Elle devait avoir lieu cette année au mois de septembre, mais les événements liés à la pandémie de covid-19 ont entravé les plans de l’association A Ti’a Matairea.

Qu’à cela ne tienne, les bénévoles locaux, qui ont le soutien de la mairie de Huahine et de la communauté de communes Hava’i, sont loin de baisser les bras. Ils travaillent actuellement à reprogrammer cette campagne de stérilisation à septembre l’année prochaine.

Ce projet est né de la volonté de l’association de trouver une solution durable et positive au problème du nombre grandissant de chiens errants à Huahine. Selon un recensement effectuer en février dernier, il y aurait plus de 2800 chiens errants sur l’île.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.