dimanche 20 juin 2021
A VOIR

|

La famille Leverd chante pour partager joie et réconfort

Publié le

Les Leverd, Tehuiarii, Vaea, et leurs quatre enfants, alimentent depuis 2018 une page Facebook avec des chants de louange. Au-delà de l’aspect religieux, c’est surtout leur façon de partager des messages positifs aux familles et de leur assurer que vivre en harmonie, c’est possible.

Publié le 16/05/2021 à 8:00 - Mise à jour le 16/05/2021 à 9:42
Lecture 4 minutes

Les Leverd, Tehuiarii, Vaea, et leurs quatre enfants, alimentent depuis 2018 une page Facebook avec des chants de louange. Au-delà de l’aspect religieux, c’est surtout leur façon de partager des messages positifs aux familles et de leur assurer que vivre en harmonie, c’est possible.

La musique et les Leverd, c’est toute une histoire. À commencer par la rencontre de Tehuiarii et Vaea, il y a déjà plus de deux décennies. La famille de Vaea avait une chorale, dont elle faisait partie. « Elle joue du piano. Et quand je l’ai vu jouer au piano, j’ai dit à mon cousin : un jour, elle sera ma femme, sourit Tehuiarii. Je disais ça en blaguant, mais dans mon cœur j’étais sérieux. »

Ils avaient 16 ans. Et 2 ans plus tard, à l’occasion d’un concert que donnait la famille de Vaea, leur histoire à deux commençait. Une histoire toujours bercée de musique, puisque Tehuiarii aime aussi chanter et jouer de la guitare. À 21 ans, ils se marient. À 23 ans, ils accueillent leur premier enfant, Vaearii. Trois ans plus tard, leur fille Hinavai ; suivie trois ans plus tard d’Élisée et enfin de Noah… trois ans plus tard !

(crédit photo : Facebook LEVERD’s Family Praises)

Une vraie petite chorale

À eux six, les Leverd forment aujourd’hui une vraie petite chorale. Il ne pouvait en être autrement avec des parents musiciens et chanteurs à la tête de cette joyeuse petite troupe. Ce talent familial, ils l’ont depuis toujours mis au service de leur Église, chantant partout où la vie les menait. Et puis en 2018, ils décident de lancer une page Facebook pour partager leurs chants de louange au plus grand nombre. Mais non sans passer d’abord par une longue période de réflexion.

« On a remarqué que le fait de chanter, ça touche beaucoup de personnes, explique Tehuiarii. À l’époque, il n’y avait pas encore les réseaux sociaux comme aujourd’hui. Et quand on a vu l’impact que les réseaux sociaux avaient, on s’est dit pourquoi pas utiliser cet outil pour étendre l’impact de ces chants-là. Les chants, ça réunit les gens. Qu’ils soient religieux ou pas, de manière générale, quand il y a une chanson, les gens sont attirés. Il y a un grand pouvoir dans cet outil. Et on est bien heureux d’utiliser ça pour apporter de la joie, du réconfort, à tous ceux qui regardent ces vidéos. Mais on ne voulait pas s’enorgueillir de ce projet, et il fallait aussi que les enfants soient d’accord. Donc ça a pris un an avant qu’on se lance vraiment. »

Encourager les familles à vivre en harmonie

Aujourd’hui, la page a plus de 7 000 abonnés et continue chaque jour d’étendre son audience, quand bien même la famille ne l’alimente pas de façon régulière. Ce qui touche leur auditoire, ce sont les messages positifs qu’ils chantent, mais surtout le fait « de voir une famille ensemble », affirme Vaea. « Surtout qu’aujourd’hui, il y a beaucoup de familles brisées, indique Tehuiarii. Je ne dis pas qu’on a la vie en rose, mais je pense que de voir des parents avec leurs enfants chanter ensemble, ça touche beaucoup de personnes. »

« Et de notre côté, on essaie d’encourager aussi les familles, reprend Vaea. De leur dire que c’est possible d’y arriver, de trouver une certaine harmonie dans chaque famille. C’est le message qu’on aime partager avec les familles, que malgré les différences, malgré nos difficultés et malgré nos défauts, eh bien on peut y arriver. Tous les jours, petit à petit, chacun fait des efforts et on peut y arriver. »

(crédit photo : Facebook LEVERD’s Family Praises)

Toujours tout faire ensemble

La famille est une vocation pour Tehuiarii et Vaea. À 18 ans déjà, ils savaient qu’ils voulaient construire un foyer stable et se sont donné les moyens d’atteindre cet idéal. C’est ainsi que lorsque Tehuiarii a voulu devenir pasteur, c’est toute la famille qui l’a suivi à Fidji pour ses quatre années d’études de théologie.

C’est d’ailleurs là-bas que Tehuiarii a appris les rudiments de l’enregistrement audio et du montage vidéo. Des compétences qui leur servent aujourd’hui pour réaliser leurs petits clips. « J’ai appris sur le tas avec un jeune de Fidji. Ils utilisaient les moyens du bord : un ordinateur, un micro à côté. Et nous on avait fait pareil aussi. »

Tehuiarii est pasteur depuis 2013 et, hasard ou pas, il gère aujourd’hui le ministère de la Famille au sein de l’Église adventiste du septième jour. Il travaille au quotidien à trouver « les moyens d’aider nos familles à avoir une vie plus équilibrée », résume-t-il. Vaea l’accompagne et le soutien dans ses missions, tout comme leurs enfants.

Toujours tout faire ensemble est un moyen pour eux de profiter de moments qui ne sont pas éternels. « On espère maintenir le plus longtemps possible cette petite chorale », confie Tehuiarii. « Mais on est conscient qu’ils vont grandir et qu’ils feront chacun leur vie », poursuit Vaea. « Donc on profite de cette période », complète son époux.

Envahir les réseaux sociaux de messages positifs

C’est d’ailleurs le message de Vaea à toutes les mamans, « de profiter de chaque moment avec leurs enfants. Les enfants grandissent vite. On a juste peut-être 18 ans ou 20 ans avec nos enfants et tout le reste de leur vie ils ne seront plus dans ce cocon familial. Donc que nous puissions donner le meilleur de nous-mêmes en tant que mamans pour les former du mieux qu’on le peut. Pour que, à leur tour, ils puissent devenir de bonnes influences autour d’eux et former d’autres bonnes familles ».

Tehuiarii, lui, espère que l’initiative de sa petite famille sur les réseaux sociaux pourra en inspirer d’autres. « Avec tout ce qu’il y a de négatif sur les réseaux sociaux, il faut qu’à notre tour on inonde les réseaux sociaux de choses positives. Donc si on peut inspirer d’autres personnes, d’autres familles à faire pareil, je pense que j’aurais atteint un autre objectif. Pas simplement d’apporter de la joie et du réconfort, mais de faire en sorte que ça aura inspiré quelqu’un d’autre à se dire : J’aimerais faire pareil afin de pouvoir moi aussi apporter de la joie et du bonheur à tous ceux qui écouteront ces chants. »

Vous avez du talent ? Vous connaissez quelqu’un qui mérite d’être connu ? Contactez-nous à [email protected] ou via Facebook, en message privé.

infos coronavirus