mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

La DPDJ en mission à Raiatea

Publié le

La délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse (DPDJ), avec à sa tête Teiva Manutahi, s’est rendue, cette semaine, à Raiatea. Elle a organisé une réunion, mercredi, avec deux autres services du Pays, (DGEE et DPAM), dans les locaux de la circonscription des îles Sous-le-Vent, à Uturoa.

Publié le 31/07/2020 à 17:09 - Mise à jour le 31/07/2020 à 17:09
Lecture 2 minutes

La délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse (DPDJ), avec à sa tête Teiva Manutahi, s’est rendue, cette semaine, à Raiatea. Elle a organisé une réunion, mercredi, avec deux autres services du Pays, (DGEE et DPAM), dans les locaux de la circonscription des îles Sous-le-Vent, à Uturoa.

Après les Marquises, direction Raiatea pour la DPDJ. Des échanges constructifs ont ainsi pu avoir lieu entre avec les maires d’Uturoa et de Tahaa, avec les représentants des brigades de police municipale, avec le chef de la brigade de gendarmerie de Raiatea, les chefs d’établissements scolaires du secondaire, les représentants de services du Pays, les associations de parents d’élèves et les propriétaires des bateaux effectuant le trajet Uturoa – Tahaa.

Saisie par la fédération des parents d’élèves de Tahaa, sur la problématique des élèves rentrant sur Tahaa le vendredi après leur scolarité, la DPDJ a, dans un premier temps, consulté les armateurs des navettes, les représentants des élèves, les parents, puis les communes et les services de l’État et du Pays.

Des réunions de travail sur ce thème se sont aussi déjà tenues en juin et juillet à Tahiti, avec les chefs de service concernés et leurs adjoints pour régler les questions touchant aux navettes maritimes. Lors de la rencontre de mercredi à Uturoa, différentes mesures ont été proposées, avec par exemple une navette dédiée au scolaire, une tarification nouvelle avec les armateurs concernés ou encore une organisation à partir de codes couleurs pour signifier aux élèves de l’horaire de départ de leur navette.

Lire aussi > DPDJ : un moyen pour prévenir la délinquance des jeunes

Les maires d’Uturoa et de Tahaa, Matahi Brotherson et Patricia Amaru, ont salué cette mobilisation inter-services pour remédier à des problèmes touchant la jeunesse (risques de consommation d’alcool, etc). « La nécessité de dédier une navette exclusive aux scolaires est une évidence que les partenaires avaient soulevé en juin dernier », a souligné Teiva Manutahi.

Ces avancées sont possibles avec le concours des élèves eux-mêmes et de leurs parents. Une charte de l’élève s’engageant à respecter les règles, notamment le règlement intérieur des navires, a été élaborée par un groupe de jeunes, conscients des débordements et des dérives que certaines situations ont pu provoquer.

À la demande du maire de Tahaa, une prochaine visite est prévue sur place, après la rentrée scolaire, afin de s’assurer de la mise en place de ce qui a été préconisé. « Cette rencontre avec tous les acteurs impliqués dans ce dossier a été cruciale. Il nous faut maintenant être vigilant et faire un bilan d’étape dans quelques mois. Il y aura certainement des individus qui ne respecteront pas le nouveau fonctionnement. Pour ceux-là, la délégation s’en occupera et travaillera avec les familles concernées », a indiqué Teiva Manutahi.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les jardins du Musée de Tahiti et des îles...

Dans le cadre des mesures prises par les établissements publics culturels pour relancer l’activité économique dans le secteur culturel et pour soutenir...

Australie : une baleine et son petit au milieu...

https://www.instagram.com/p/CDa5fOPluLQ/?utm_source=ig_web_copy_link La vidéo a été publiée lundi sur le réseau social Instagram et est devenue virale. Son auteur...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV