A VOIR

|

La Dépêche de Tahiti de retour début décembre

Publié le

Près de 6 mois après la publication de son dernier numéro suite à la liquidation de la société éditrice de La Dépêche de Tahiti, le quotidien devrait reprendre le chemin des kiosques au début du mois de décembre.

Publié le 09/11/2022 à 17:49 - Mise à jour le 10/11/2022 à 13:05
Lecture 3 minutes

Près de 6 mois après la publication de son dernier numéro suite à la liquidation de la société éditrice de La Dépêche de Tahiti, le quotidien devrait reprendre le chemin des kiosques au début du mois de décembre.

Nous revoilà dans la danse“. C’est soulagé que Bertrand Prevost, rédacteur en chef de la Dépêche, a annoncé le retour du quotidien, pour début décembre. Six mois après sa mise en liquidation, le plus vieux journal du fenua devrait donc reprendre très prochainement le chemin des kiosques.

L’objectif, simple, est de “rester un journal proche de ses lecteurs, revenir avec eux tous les matins avec leur café“. Avec ce que les ex-journalistes de retour savent faire de mieux, à savoir incarner un quotidien qu’ils connaissent sur le bout des doigts. “Cela fait 20 ans que je suis à la Dépêche. J’ai ce journal chevillé au corps, pareil pour les salariés qui vont me rejoindre. Le salaire n’est plus le même qu’il y a 6 mois, mais qu’est-ce que ça fait du bien“, conclut le journaliste.

Bertrand Prevost, rédacteur en chef de la Dépêche (Crédit Photo : TNTV)

Les rênes de la Dépêche sont reprises par Patrice Colombani, le nouveau directeur de la Dépêche. C’est son offre qui a été retenue via la SARL NAOS, spécialement créée pour le rachat. “On va tourner à une douzaine de personne. D’ici une semaine, on pourra constituer l’équipe, précise-t-il. Certains anciens employés ont demandé à revenir de leur propre chef. Certains ont été sollicités, d’autres non. Avec la confirmation de M. Colombani que la priorité a été donnée aux anciens de la Dépêche.

Si l’imprimeur n’est pas encore confirmé, le quotidien sera bel et bien de retour sur papier. La promesse est faite d’une édition numérique, “plus dynamique et plus accessible” selon le nouveau directeur, qui veut aussi faire le lien avec les îles éloignées et composer avec une quarantaine de pigiste pour couvrir le territoire polynésien.

(Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

Une reprise qui soulage, certes, mais qui ne soulève pas tous les doutes émis depuis avril, lorsque la cour d’appel de Papeete prononçait la liquidation de la société éditrice, alors que le journal était dirigé par Dominique Auroy. Un verdict qui semblait “inévitable” selon Emmanuel Mitaranga, l’avocat des anciens salariés, pour qui les zones grises persistent.

On peut se réjouir pour les salariés et pour le pluralisme de la presse écrite, nuance Me Mitaranga. Mais c’est une reprise qui pose des questions. Ce sont des anciens proches, des anciens dirigeants des sociétés qui étaient détenues par l’ancien actionnaire de la Dépêche qui chapeautent cette reprise“. D’où un scepticisme pas totalement balayé, l’avocat y allant d’un : “on prend les mêmes et on recommence“…

C’est ce dernier point qui fait grincer des dents, bien plus que la procédure légale de la reprise : “Légalement, il n’y a pas grand chose à dire, poursuit Me Mitaranga. Mais d’un point de vue moral, ça interroge. Quand on sait que l’entreprise ne payait pas ses impôts, que les cotisations sociales ont été impayées […] La Dépêche de Tahiti, c’est le casse du siècle en toute impunité“.

La Dépêche sera en tout cas de retour dans les kiosques d’ici une poignée de jours.