La délégation sénatoriale dresse le bilan de son séjour au fenua

Publié le

Arrivée le 16 février dernier pour dresser un état des lieux de l’intercommunalité dans le territoire polynésien, la délégation sénatoriale repart ce soir pour l’Hexagone. L’occasion de prendre conscience des réalités sociale, économique et touristique dont doivent tenir compte les maires polynésiens.

Publié le 25/02/2023 à 15:39 - Mise à jour le 25/02/2023 à 15:39

Arrivée le 16 février dernier pour dresser un état des lieux de l’intercommunalité dans le territoire polynésien, la délégation sénatoriale repart ce soir pour l’Hexagone. L’occasion de prendre conscience des réalités sociale, économique et touristique dont doivent tenir compte les maires polynésiens.

Fin de séjour pour la délégation sénatoriale en visite au fenua. Conduite par la sénatrice et présidente de la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation Françoise Gatel, la délégation a présenté ce matin le bilan de son séjour.

Au cours de ces 10 jours, ses membres se sont rendus à Moorea, Raiatea ou encore aux Marquises, où ils ont échangé avec la quasi-totalité des élus locaux. Un contact nécessaire pour « connaitre leurs projets, leurs difficultés, la façon dont ils s’organisent« , explique Jean-Michel Houllegatte, sénateur de la Manche et membre de la délégation sénatoriale. Ils ont ainsi pu réaliser « la superposition de la carte de la Polynésie sur la carte de l’Europe » et constater la « double insularité » de la Polynésie française.

Accès à l’eau potable, assainissement des eaux ou encore collecte des déchets : autant de missions que doivent assurer les communes d’ici 2024 tel que prévu par le code général des collectivités territoriales. Si la prise de conscience et l’engagement des élus ont été salués, ces derniers se heurtent encore à des difficultés.

Première difficulté constatée, celle de « mobiliser les compétences humaines administratives et techniques pour pouvoir mettre en œuvre les projets ». La deuxième difficulté, sans surprise, est la captation de moyens financiers à mettre à disposition des tavana.

« Nous faisons des recommandations, qui se traduisent par des textes de loi, explique M. Houllegatte. On sera en lien avec nos sénateurs polynésiens, pour pouvoir justement essayer d’apporter des réponses« . Des réponses particulièrement attendues au fenua, dans un contexte de raréfaction des ressources ou encore de réchauffement climatique.

Dernières news

Activer le son Couper le son