samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

La CTC pointe l’absence de « stratégie de développement » du port autonome

Publié le

Publié le 02/09/2018 à 7:30 - Mise à jour le 02/09/2018 à 7:30
Lecture 3 minutes

La Chambre territoriale des comptes (CTC) a mis en ligne son dernier rapport sur le Port autonome de Papeete. Globalement, l’institution pointe un manque de rigueur dans la gestion du port. 

>>> Lire aussi : Nouvelle écluse de Panama : quel impact pour Tahiti ?

Selon la CTC,  « il est impératif » que le Port autonome s’adapte aux effets de la mondialisation « et qu’il se dote rapidement d’une stratégie de développement » : « le site de la plateforme de stockage et de manutention des marchandises internationales est saturé depuis longtemps, et bon nombre de navires cargos sont obligés, pour pouvoir franchir la passe de Toata en toute sécurité, de diminuer leur tirant d’eau en ne chargeant pas au préalable tout le fret à bord. Au surplus, alors que l’élargissement du canal de Panama est connu depuis 2007, le Port n’a toujours pas effectué le choix entre le statut de port secondaire ou celui de devenir une plateforme centrale des échanges dans le Pacifique sud, ou encore décider d’une autre option, comme simplement d’adapter ses installations à des navires de taille plus importantes. Les hésitations successives constatées doivent désormais laisser place à des choix stratégiques pérennes. »  

 

> Des tarifs préférentiels, un manque à gagner de près de 2 milliards de Fcfp

Manque de rigueur aussi concernant la gestion du domaine portuaire. La CTC note que le Port « met à disposition de nombreux biens immobiliers sous la forme d’autorisations d’occupation temporaire de son domaine public » mais que « de nombreuses remises de tarifs sont accordées par le Port aux occupants du domaine public portuaire, trop souvent au cas par cas. La Chambre estime que ces tarifs préférentiels engendrent un manque à gagner pour le Port de près de 2 Mds de F CFP entre 2012 et 2017. Ce montant représente le double de la dépense moyenne annuelle d’investissement. » 

> Le maintien de l’indemnité de départ versée « quel que soit le motif de départ »

La masse salariale du Port reflète elle aussi un manque de rigueur. La Chambre note qu’elle reste assez stable « alors que les effectifs ont été réduits de 12 agents » : « le Port n’a porté l’essentiel de ses efforts que sur la réduction des effectifs, sans que le statut ancien et coûteux de ses personnels ne soit remis en cause. Une tentative de réforme a bien été engagée en 2013, mais celle-ci n’a pas abouti, suite à un mouvement social. La modernisation du statut du personnel du Port reste une impérieuse nécessité. »
La CTC pointe du doigt le maintien de l’indemnité de départ :  « Cette prime peut être versée quel que soit le motif du départ, y compris pour faute. Après simulation budgétaire, la dépense potentielle correspondant à cette prime représente un budget de 865 MF CFP. »

Consultez le rapport de la CTC en intégralité en cliquant ICI

Les recommandations de la CTC

Recommandation n° 1 : Reconsidérer la composition du conseil d’administration en vue de garantir à la fois l’autonomie de gestion de l’établissement public et la réalité de l’exercice de la tutelle de la part du gouvernement.

Recommandation n° 2 : Demander au gouvernement de formaliser et d’adresser une lettre de mission au directeur général en cohérence avec le plan stratégique qui reste à définir.

Recommandation n° 3 : Relancer la démarche qualité.

Recommandation n° 4 : Produire un plan pluriannuel d’investissement.

Recommandation n° 5 : Se doter d’un outil de prospective financière.

Recommandation n° 6 : Définir une politique équitable et protectrice des intérêts financiers du Port en matière d’autorisations d’occupation temporaire.

Recommandation n° 7 : Arrêter un périmètre du domaine portuaire en cohérence avec la stratégie de développement du Port qui reste à définir.

Recommandation n° 8 : Inscrire un objectif pluriannuel d’évolution de la masse salariale, adossé à un organigramme cible.

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

CAPF : ouverture des inscriptions pour la rentrée 2020/2021

Les inscriptions pour la saison 2020/2021 du Conservatoire artistique de la Polynésie française ouvrent ce mardi 2 juin 2020, jusqu'au vendredi 31 juillet prochain.

Les échéances de certains impôts pour 2020 reportées de...

Le Conseil des ministres a pris un arrêté instituant le report de deux mois des échéances de nombreux impôts pour l’année 2020, représentant près de 6,5 milliards de Fcfp.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV