dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

La création d’un Institut Polynésien du Cancer à l’étude

Publié le

Le gouvernement réfléchit à la mise en place d'une structure unique et indépendante, constituant un "Institut Polynésien du Cancer" (IPC), qui offrirait aux patients une meilleure prise en charge, associant la recherche et l’enseignement, et qui pourrait intéresser de nombreux patients atteints de cancer dans le Pacifique.

Publié le 10/07/2019 à 15:50 - Mise à jour le 11/07/2019 à 13:00
Lecture 3 minutes

Le gouvernement réfléchit à la mise en place d'une structure unique et indépendante, constituant un "Institut Polynésien du Cancer" (IPC), qui offrirait aux patients une meilleure prise en charge, associant la recherche et l’enseignement, et qui pourrait intéresser de nombreux patients atteints de cancer dans le Pacifique.

L’activité de traitement des patients atteints de cancer a vu le jour sur le territoire en 2004 et n’a cessé de se développer ces dernières années sous l’impulsion du premier plan cancer polynésien (2018-2022). En 2017 et 2018, par un financement dans le cadre de la convention Etat–Pays relative à la prise en charge du patient atteint de cancer, le Pays a pu développer les soins à proximité des patients par l’installation d’un mammographe à l’hôpital de Taiohae et la possibilité de réalisation de chimiothérapies délocalisées dans les hôpitaux de Taravao et d’Uturoa, et prochainement dans celui de Taiohae.

L’installation d’un Tep scan en Polynésie

Pour 2019, la convention Etat–Pays vise notamment à l’installation d’un Tep scan et à la réorganisation de l’activité d’anatomo-cytopathologie en Polynésie française. Le Tep scan est un examen isotopique consistant à injecter un produit légèrement radioactif dans le corps, qui va se fixer sur les tumeurs ou les métastases pour leur détection et la surveillance de leur évolution. Cet examen est utilisé à un but diagnostic ou de traitement. La réalisation de cet examen sur le territoire permettra d’éviter un certain nombre d’evasan notamment à destination de la Nouvelle-Zélande (72 sur 120 en 2018).

Concernant l’activité d’anatomo-cytopathologie, il s’agit d’un élément clef du diagnostic de cancer. Le projet de mutualisation de cette activité d’analyse des laboratoires du CHPF et de l’ILM permettra de consolider et de réorganiser l’activité, ainsi que de réduire les délais d’obtention des résultats et donc le délai des prises en charge. Ainsi, la prise en charge des patients atteints de cancer se diversifie et s’améliore année après année sur le territoire. Les voisins de la Polynésie dans le Pacifique sont demandeurs de cette nouvelle expertise de proximité qu’ils ne possèdent pas.

Prise en charge des patients du Pacifique

La prise en charge de patients atteints du cancer en provenance d’autres pays du Pacifique pourrait alors devenir une opportunité : pour les pays demandeurs par la proximité du soin et pour la Polynésie française, par une meilleure rentabilité de ses investissements et par le rayonnement dans la zone Pacifique que cela occasionnerait. Aussi, le gouvernement est favorable à un regroupement de l’expertise, des compétences humaines et des équipements au sein d’une structure unique et indépendante, constituant un « Institut Polynésien du Cancer » (IPC), qui offrirait aux patients une prise en charge de grande qualité, associant la recherche et l’enseignement, qui pourrait intéresser également de nombreux patients atteints de cancer dans le Pacifique.

Pour les professionnels, l’Institut Polynésien du Cancer serait un établissement performant et réactif, dans un environnement de travail favorable, collaboratif, et innovant. L’encadrement par des professionnels de haut niveau permettra de développer un enseignement pratique moderne de la cancérologie en lien avec l’Université ainsi que la formation continue des personnels médicaux, soignants et administratifs.

Pour le Pacifique, l’Institut Polynésien du Cancer et le laboratoire mutualisé d’anatomocyto-pathologie de l’Institut Louis Malardé et du CHPF, représenteraient un pôle d’attractivité dans les domaines du soin et de la recherche. En pratique, cet institut regrouperait l’ensemble des activités actuelles d’oncologie du CHPF, auquel s’ajouteraient, dans le futur, de nouvelles activités telles que la curiethérapie, la radio fréquence, la chimio-embolisation, la cimentoplastie ou encore une unité d’onco-hématologie. Il fonctionnerait en lien avec le CHPF (Centre hospitalier de la Polynésie française).

Les autres sujets dans le Conseil des ministres :

> Modification du calendrier des demandes de concours de la DDC
> Sanctions pénales renforcées à l’encontre des ventes pyramidales
> Régime fiscal privilégié pour certains matériels participant à réduire la consommation d’énergies fossiles
> Attribution d’aides financières pour les entreprises
> Restrictions et interdictions de la circulation maritime lors de course Te Aito
> Lutte contre le travail illégal
> Modalités de classement de la catégorie « pensions de famille »
> Promotion de Tahiti : soutien du ministère du Tourisme à des associations
> Accueil du public dans les administrations : projet « accueil, bienveillance et efficacité »
> Subventions à des associations œuvrant dans le secteur de l’environnement
> Gratuité des transports publics pour les personnes porteuses de handicap
> Conférence sur la prévention des abus sexuels des enfants, adolescents, jeunes et personnes vulnérables
> Sanctions pénales renforcées à l’encontre des ventes pyramidales
> Bilan des premières Assises de la vie étudiante
> Subventions de fonctionnement aux associations sportives et associations de jeunesse
> Subventions de fonctionnement à des établissements publics d’enseignement
> Réglementation de l’activité de transport routier avec chauffeur

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :