dimanche 18 août 2019
A VOIR

|

La consommation de tabac en baisse au fenua

Publié le

Publié le 17/12/2018 à 17:00 - Mise à jour le 17/12/2018 à 17:00
Lecture 3 minutes

La cigarette a de moins en moins d’adeptes au fenua. En 2016, près de 263 tonnes de tabac ont été importées localement contre 249 tonnes en 2017, et 223 tonnes cette année. Soit une baisse globale de 10% entre 2017 et 2018 -contre une baisse de 5% entre 2016 et 2017. Si une prise de conscience de la population a pu jouer, de même que l’essor des cigarettes électroniques, le principal facteur explicatif est, selon les professionnels, la hausse des prix. Elle a été de près de 40% en 2017, ce qui a dissuadé une partie des fumeurs.

>>> Lire aussi : Tabac, contrefaçons, drogue, espèces protégées : la douane fait le bilan

“On est devenus indépendants avec ma femme : on a une maison, un loyer et des charges à payer… Et la vie est chère ! Donc, on a arrêté l’alcool et la clope”. explique Gabriel. Si le jeune homme a arrêté la cigarette, c’est donc avant tout par souci d’économie.

C’est également ce que constatent les médecins du Centre de Consultations Spécialisées en Alcoologie et Toxicomanie. Avec un bémol toutefois. “L’augmentation a eu l’effet escompté, à savoir, faire baisser le nombre de consommateurs. Maintenant, il ne faut pas rêver, cela a fait diminuer le nombre de personnes qui ne fumaient pas de façon régulière. Mais je ne pense pas que cela ait fait baisser le nombre de fumeurs dépendants” déclare la docteure Marie-Françoise Brugiroux, chef de service du Centre de Consultations Spécialisées en Alcoologie et Toxicomanie.

Cette diminution du nombre de fumeurs ne fait pas les affaires de tout le monde. Les buralistes voient leurs chiffres d’affaires baisser. “Ces deux dernières années, on doit être à -20% en volume, parce qu’après, étant donné que les prix ont augmenté, le chiffre d’affaires se stabilise” nous dit Jean-Marc Castillo, buraliste. Au vu des tarifs actuels, un marché parallèle s’est créé selon lui. Certains fumeurs ont changé leurs habitudes : “Beaucoup se sont tournés vers le tabac à rouler. On en vend beaucoup plus que les années précédentes car cela permet aux consommateurs de fumer quand même mais à moindre coût” poursuit le buraliste.

>>> Voir aussi : Vidéo – BPCO : “les gens continuent à fumer et commencent très jeunes”

“Comme toujours, la baisse porte beaucoup plus sur les cigarettes que sur le tabac à rouler qui est moins taxé. C’est quelque chose qu’il faudrait compenser parce que le tabac à rouler est beaucoup plus nocif que les cigarettes avec des filtres” ajoute Marie-Françoise Brugiroux. Pourtant, selon les chiffres de la douane, le volume de tabac à rouler a lui aussi chuté de 7%. La baisse de la consommation malgré la hausse des prix du paquet constitue un manque à gagner en recettes fiscales pour les caisses du Pays. Ce qui n’empêchera pas le gouvernement de relever une nouvelle fois les tarifs en début d’année.

“Ce n’est pas parce que les taxes perçues baissent qu’il ne faut pas continuer à augmenter le tabac. Nous maintenons cette taxe, et le tabac augmentera de 5% encore au 1er janvier 2019. L’objectif est atteint : on fume moins”  déclare Edouard Fritch, le président de la Polynésie française. Cette augmentation progressive entend poursuivre la lutte contre le tabagisme, qui cause chaque année 194 décès en moyenne sur le territoire.

>>> Lire aussi : Vers une augmentation des taxes pour les produits sucrés, les tabacs et les boissons viniques

Mais la partie est encore loin d’être gagnée. Selon les derniers chiffres disponibles, 41% des habitants de Polynésie fument. Et particularité locale, ils commencent très jeunes : deux tiers avant l’âge de 14 ans, avec les conséquences que cela comporte. “Plus on va commencer jeune, plus on va être dépendant rapidement, et plus ça sera difficile à l’âge adulte de s’arrêter. Et les complications vont apparaître : le cancer du poumon va apparaître 10 ans plus tôt par exemple. C’est ça la gravité en Polynésie, l’âge de début du tabagisme” dit Marie-Françoise Brugiroux.
 

Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas et Sam Teinaore

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires