mardi 19 octobre 2021
A VOIR

|

La concession de l’aéroport de Tahiti Faa’a attribuée à Egis

Publié le

La direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a lancé La DGAC avait lancé en 2019 une procédure d’attribution de la concession de l’aéroport de Tahiti-Faa’a, pour une durée de 40 ans. C'est le groupement constitué d’Egis Airport Operations et de la Caisse des Dépôts et Consignations qui a été désigné.

Publié le 16/09/2021 à 10:14 - Mise à jour le 17/09/2021 à 11:22
Lecture < 1 min.

La direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a lancé La DGAC avait lancé en 2019 une procédure d’attribution de la concession de l’aéroport de Tahiti-Faa’a, pour une durée de 40 ans. C'est le groupement constitué d’Egis Airport Operations et de la Caisse des Dépôts et Consignations qui a été désigné.


Le contrat porte sur l’exploitation, l’entretien et le développement de la plateforme, ainsi que sur la réalisation de travaux initiaux. Ceux-ci comprennent notamment le réaménagement de l’aérogare et des parkings voiture, la création d’une nouvelle voie de circulation pour les avions, reliant la zone militaire à la piste, et le doublement du canal de drainage.

Le groupement constitué d’Egis Airport Operations et de la Caisse des Dépôts et Consignations “est désigné candidat attributaire de la nouvelle concession de l’aéroport de Tahiti-Faa’a” annonce la DGAC dans un communiqué.

Une nouvelle société concessionnaire sera constituée avec avec le Pays, qui détiendra 49% du capital de cette entreprise conformément à la loi n°2019-786 du 26 juillet 2019. La nouvelle concession devrait entrer en vigueur d’ici la fin du 1er semestre 2022.

D’autres candidatures avaient été posées : un groupement Meridiam et Aéroports de Marseille, Edeis et un groupement Vinci et CCI dont faisait partie la CCISM. “On avait un cahier des charges assez précis avec des notations et bien sûr on ne pouvait pas être “mal noté””, explique Stéphane Chin Loy, le directeur de la Chambre. “Vu le projet qu’on a porté, vu les financements, vu l’ensemble des actions déjà avec les échanges que nous avons eu avec les compagnies aériennes qui demandaient à ce que ça change […]. Le groupement avec lequel j’échange actuellement, nous allons prendre des décisions suite à l’annonce qui a été faite hier en début d’après-midi sur Paris. Rien ne nous empêche d’aller plus loin. La réunion de ce soir à Papeete va entraîner des actions à venir”, a précisé Stéphane Chin Loy en faisant allusion à des recours.

Rédigé par

infos coronavirus