jeudi 17 octobre 2019
A VOIR

|

La commune de Taiarapu Ouest se mobilise contre l’installation d’un élevage de porcs sur le plateau de Taravao

Publié le

Publié le 11/07/2018 à 7:00 - Mise à jour le 11/07/2018 à 7:00
Lecture 3 minutes

Le dernier projet d’élevage porcin à la Presqu’île fait débat. Depuis mercredi matin, la commune de Taiarapu Ouest interpelle ses administrés sur les réseaux sociaux et lance même une pétition. 
 

“Chers administrés,

La Commune vous informe qu’elle lance à partir d’aujourd’hui une pétition afin de s’opposer au projet d’élevage porcin sur le plateau de Taravao. Le document est mis à la disposition de tous à l’Etat Civil des mairies de Toahotu, Vairao, Teahupoo et au Bureau du Maire où vous pourrez la signer. Un conseil municipal exceptionnel se tiendra également ce vendredi afin de soumettre aux élus une proposition de délibération actant le refus de ce projet en raison des risques environnementales et sanitaires sur la zone de Toahotu. En espérant que ces démarches puissent interpeller les hautes autorités”. 

Ce projet d’élevage est initié par la SCEA Polycultures de Bruno Wan. Le 29 juin dernier, la commune de Taiarapu Ouest alertait déjà ses abonnés sur sa page Facebook : 

 
La Commune informe qu’une étude est actuellement menée par la société “Speed” concernant un projet de construction d’un élevage porcin dans le domaine de la Société civile d’exploitation agricole (SCEA) Polycultures situé au plateau de Taravao.
Le projet en quelques chiffres :

– élevage porcins intensif pour 1844 têtes.
– 2000 carcasses par an pour 170 tonnes de viande par an, représentant 20% de la production locale de Tahiti. 
– 2500 tonnes de lisier par an à évacuer par épandage et retournement de la terre, pour les besoins des cultures de maïs fourrages et pâtures de bovins viande.

En quoi cela nous concerne ?

Le dossier de l’étude d’impact sur l’environnement de ce projet révèle des éléments qui pourraient nuire aux espèces protégées du lac de Mitirapa ainsi qu’à la qualité de vie des habitants de cette zone.
En effet, l’un des principaux risques concerne les fortes pluies suivant l’épandage dans les 24h avant retournement. Dans ce cas, un ruissellement du lisier peut se produire ponctuellement et atteindre les cours d’eau en aval immédiat : la rivière Tehuihonu vers la baie Phaeton et la rivière Piiraaorie et son affluent vers l’anse Mitirapa. (lac de Tibériade)
D’autres Impacts pourraient également survenir tels que l’augmentation de l’azote dans les milieux récepteurs pouvant entraîner des “blooms algaux”, un risque sanitaire lié à la leptospirose et les fortes odeurs qui émaneront de cet élevage portées par les alizés de nord nord-est, vers Mitirapa.
Il y a donc ici un réel risque de pollution.

Le société d’études “Speed” a recommandé un affichage du projet dans un cercle de 1 km, ce qui exclu la zone de Mitirapa pourtant concernée. De ce fait, la Commune suit de près l’évolution de ce projet et se chargera de vous tenir informés de son évolution.

Par ailleurs, un collectif contre ce projet s’est également constitué à Taravao. Il indique qu’il sollicitera un rendez-vous avec le maire et qu’il prévoit une manifestation dont la date n’a pas encore été arrêtée. 

Laure Philiber 

La pétition en ligne

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui...

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

“Notre but est que l’argent public soit bien dépensé”

Le nouveau président de la Chambre territoriale des comptes, Jean-Luc Le Mercier, a pris ses fonctions mercredi en présence des hautes personnalités de l’Etat et du Pays. Il vient remplacer Jean Lachkar. Interview.

Turama vous éclaire sur le démarchage à domicile

L’enquête Fetii Fenua vient de démarrer. Initiée par l’Institut de la Statistique, elle doit permettre de mieux connaître les mouvements de population en Polynésie et leurs besoins. Des enquêteurs viendront vous rendre visite. Comment les différencier des démarcheurs ? Nous répondons à cette question avec notre invité Raiarii Tama, chargé de communication de la Direction générale des Affaires Economiques (DGAE).

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X