vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Keaulana Fariki part gagner en expérience aux Maldives

Publié le

Keaulana Fariki vient d’obtenir sa licence management des organisations hôtelières et touristiques à l’Université de la Polynésie française. Une formation qui lui a permis d’effectuer un stage dans un hôtel prestigieux des Maldives, où un poste lui a été proposé.

Publié le 15/09/2019 à 10:43 - Mise à jour le 03/02/2020 à 13:41
Lecture 3 minutes

Keaulana Fariki vient d’obtenir sa licence management des organisations hôtelières et touristiques à l’Université de la Polynésie française. Une formation qui lui a permis d’effectuer un stage dans un hôtel prestigieux des Maldives, où un poste lui a été proposé.

Quand on veut, on peut. C’est un peu ce qui caractérise Keaulana Fariki, qui ne cesse de faire preuve de détermination. Ce jeune homme de 21 ans vient d’obtenir sa licence management des organisations hôtelières et touristiques à l’Université de la Polynésie française. Une formation d’un an qu’il a entamé après avoir effectué deux années de licence économie et gestion et s’être découvert une passion pour la restauration.

Suite à une rencontre fortuite, il avait commencé à faire des extras dans un hôtel de la côte Ouest en tant que serveur. C’est là qu’il a pris goût à la satisfaction client. « Après ça, j’ai effectué un stage durant ma deuxième année de licence, confie-t-il. J’ai fait du management en restauration, toujours au même hôtel, et là je me suis vraiment découvert une passion pour la restauration. »

C’est alors que l’université de Punaauia ouvre une toute nouvelle formation qui attire son attention. Il s’y inscrit, mais étant indépendant financièrement, en plus de suivre les cours du matin au soir en semaine, il continue de travailler du jeudi au dimanche en extra dans l’hôtel où est née sa passion. « C’était dur, parfois j’étais vraiment fatigué », concède-t-il, mais il s’est accroché.

Les voyages forment la jeunesse

Avec une partie du staff auprès de qui il a effectué son stage de six mois.

La licence en question comprend six mois de cours et six mois de stage. Mais parce que Keaulana rêve en grand, c’est vers l’international qu’il se tourne pour trouver une structure où effectuer son stage.

« Grâce aux contacts de l’un de mes profs, j’ai pu effectuer mon stage aux Maldives, dans un Conrad », explique-t-il. Mais les Maldives ne faisant pas partie du territoire européen, Keaulana n’a pas pu prétendre à une bourse Erasmus. Il a dû investir sur son futur, et partir à ses frais.

Mais qu’à cela ne tienne, « ce stage à l’étranger a été vraiment très révélateur pour moi, affirme-t-il. J’ai pu vraiment m’améliorer en anglais, m’améliorer sur le service cinq étoiles, et faire une expérience à l’extérieur qui ne peut être que bénéfique pour moi et ma carrière. » 

Keaulana a effectué son stage au Conrad Maldives Rangali Island.

Et le jeune avait vu juste. Au terme de son stage, l’établissement lui a proposé un contrat, qu’il a bien entendu accepté.

« Donc j’y retourne à la fin du mois de septembre et je vais vraiment me lancer chez Hilton, parce que Conrad est une chaîne hôtelière du groupe Hilton, et je vais me lancer dans le management training de chez Hilton. C’est une formation d’un an et demi qui me permettra, plus tard, de revenir dans mon pays et de pouvoir prétendre à un poste de superviseur en restauration ou de manager. »

Inspirer les suivants

Keaulana lors de son intervention, mercredi, devant la nouvelle promotion de la licence qu’il a effectué. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Tout cela, Keaulana l’a partagé mercredi avec la nouvelle promotion d’étudiants en licence management des organisations hôtelières et touristiques. Dans une petite salle de l’université, son récit est suivi avec attention par la vingtaine d’élèves, même si seule une petite poignée envisage un stage à l’étranger.

Mais l’année ne fait que commencer. Qui sait ? Peut-être que son expérience en inspirera d’autres. En tout cas, c’est ce qu’il espère, car son conseil est clair, « c’est de partir et faire de grandes découvertes, acquérir de l’expérience ailleurs et revenir plus fort au pays ».

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Dépôt d’un préavis de grève à l’OPH

Les salariés s'inquiètent de nouvelles embauches à l'OPH alors que la Chambre territoriale des comptes pointait dans son dernier rapport, les sureffectifs...

10 agents de la DSP décorés

10 agents ont été décorés par le haut-commissaire. Neuf d’entre eux ont reçu la médaille d’honneur de la police nationale et le...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV