mardi 22 juin 2021
A VOIR

|

Journée nationale des pompiers : un centre de traitement des appels d’urgence pour novembre

Publié le

Publié le 10/06/2016 à 15:57 - Mise à jour le 10/06/2016 à 15:57
Lecture 2 minutes

Pour la 2e année consécutive, les chefs de corps des centres de secours de sapeurs-pompiers de Tahiti, une délégation de leurs personnels, les associations de jeunes sapeurs-pompiers et les pompiers volontaires se sont réunis place Vai’ete ce samedi matin à l’occasion de la journée nationale des pompiers. Ils ont eu l’occasion de montrer à la population venue nombreuse, les outils, les véhicules et embarcations qu’ils utilisent au quotidien ou lors des différentes interventions. En Polynésie, on compte environ 730 sapeurs-pompiers volontaires et entre 500 et 530 sapeurs-pompiers professionnels selon Gaston Tunoa,chef de corps de la commune de Teva i Uta et président de la fédération des sapeurs-pompiers de Polynésie. 
 
Le métier de sapeur-pompier pourrait bientôt être facilité en Polynésie grâce à la mise en place d’un centre de traitement d’appel au sein de l’hôpital de Taaone. Un système qui ne nécessitera plus de stationnaires chez les sapeurs-pompiers. “L’État avec le Pays à travers l’instrument du fonds de péréquation intercommunal, va mettre en place un centre de traitement d’appels qui sera basé sur le centre hospitalier avec le centre 15. Il aura pour vocation de traiter toutes les demandes d’urgence des communes de Mahina, Pirae et Arue. Cet outil sera opérationnel environ à la mi-novembre. Et dès 2017, toutes les communes qui souhaiteront adhérer à ce dispositif pourront se connecter”, annonce Frédéric Tournay, directeur de la défense et de la protection civile. Le but : garantir que “toute demande de secours en Polynésie puisse trouver une réponse adaptée aux moyens disponibles.”

 

Rédaction Web avec Manava Tepa

 

Frédéric Tournay, directeur de la défense et de la protection civile

Gaston Tunoa, chef de corps de la commune de Teva i Uta et président de la fédération des sapeurs-pompiers de Polynésie

infos coronavirus