mardi 26 janvier 2021
A VOIR

|

Journée mondiale sans tabac : des consultations gratuites pour aider au sevrage

Publié le

Le Centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie propose, dans le cadre de la journée mondiale sans tabac le 31 mai, des consultations d’aide au sevrage tabagique.

Publié le 27/05/2020 à 10:54 - Mise à jour le 30/05/2020 à 14:53
Lecture 2 minutes

Le Centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie propose, dans le cadre de la journée mondiale sans tabac le 31 mai, des consultations d’aide au sevrage tabagique.

Le Centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie propose dans le cadre de la journée mondiale sans tabac, le 31 mai, des consultations d’aide au sevrage tabagique. Les entretiens se feront en groupe et individuellement pour mieux comprendre les dépendances au tabac et apprendre à y faire face. La délivrance gratuite de substituts nicotiniques sera proposée à un public ciblé : femmes enceintes, mineurs, personnes en longue maladie et ressortissants RST si de par leur dépendance, ils en éprouvent le besoin. (Pour plus de renseignements, contacter le 40.46.00.67.)

Chaque année, l’organisation mondiale de la santé (OMS) invite le monde entier à se mobiliser pour mettre en place des actions visant à réduire la pandémie du tabagisme et ses effets mortels qui font plus de 10 millions de victimes par an (source OMS).

🔥 Journée mondiale sans tabac 🔥Le 31 mai, c'est la journée mondiale sans tabac. Profite de cette occasion pour faire…

Posted by Direction de la santé on Saturday, May 30, 2020


En Polynésie française, les maladies liées au tabagisme sont responsables d’au moins un tiers des décès avant 65 ans. En 2010, la Direction de la Santé avait estimé la prévalence du tabagisme à 41% de la population de 15 ans et plus. Une enquête réalisée en 2009 indique une hausse du niveau tabagisme régulier et plus particulièrement chez les jeunes : 17% contre 5% en 1999.

Le tabagisme est lourd de conséquences économiques pour le fumeur et son entourage ainsi que pour la protection sociale généralisée : en 2015, une étude a démontré que les familles où l’on fume dépensent en moyenne 7635 Fcfp par mois pour l’achat du tabac.

Pour rappel, des mesures efficaces ont été mises en place par le Pays :

Depuis 2006, des mesures de taxation du tabac ont été appliquées avec des hausses de prix de façon répétée et significative en 2013 et en 2014. Ces mesures ont eu des effets sur la consommation locale de tabac. Les importations ont en effet connu une baisse sensible : en valeur, elles sont passées de 500,25 millions Fcfp en 2005 à 395,24 millions Fcfp en 2013.

En 2017, le Pays a renforcé sa position avec une augmentation du prix du tabac de 38,7 % à compter du 1er avril : tous les paquets de cigarettes et de tabac à rouler vont franchir ainsi la barre des 1 000 Fcfp. En 2009, la Polynésie s’est dotée d’une loi de Pays interdisant de fumer dans les lieux publics et toute forme de publicité sur le sujet, imposant la présence de messages sanitaires sur les paquets de cigarettes et définissant les actions de prévention auprès du public et des jeunes scolarisés.

Fortes de ces mesures, la Direction de la santé a développé l’offre de proximité de sevrage tabagique à travers les structures de santé en Polynésie française. Des personnels de santé publique ont été formés aux méthodes d’entretien motivationnel appliquées lors des consultations de sevrage tabagique.

Cette année, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, les efforts sont maintenus et renforcés pour accompagner les fumeurs désirant arrêter de fumer par des consultations qui visent à renforcer leur motivation.

Pour aider les fumeurs à trouver la motivation d’arrêter de fumer, une campagne axée sur les bienfaits d’une vie sans tabac sera diffusée sur les deux chaînes de télévision, sur les ondes des radios locales ainsi que sur les réseaux sociaux de la direction de la Santé.

infos coronavirus

Covid-19 : les vaccins sont arrivés à Raiatea

Les premières doses du vaccin contre la covid-19 sont arrivées lundi matin à Raiatea. La première phase de vaccination a démarré dans l'après-midi à l’hôpital de Uturoa. Sur les 180 personnels médicaux, une cinquantaine seulement s’est inscrite pour le moment.