mercredi 21 avril 2021
A VOIR

|

Journée mondiale du don de sang : la Polynésie a besoin d’encore plus de donneurs

Publié le

À l'occasion de la journée mondiale du don de sang, le Centre de Transfusion Sanguine (CTS) ouvre ses portes jusqu'à 17 heures ce vendredi. Si chaque année, le CTS peut compter sur 7 000 donneurs actifs, il faut augmenter ce nombre et continuer de sensibiliser. Le docteur Julien Broult, directeur du CTS était l'invité de notre journal pour en parler.

Publié le 14/06/2019 à 9:52 - Mise à jour le 22/06/2019 à 17:56
Lecture 2 minutes

À l'occasion de la journée mondiale du don de sang, le Centre de Transfusion Sanguine (CTS) ouvre ses portes jusqu'à 17 heures ce vendredi. Si chaque année, le CTS peut compter sur 7 000 donneurs actifs, il faut augmenter ce nombre et continuer de sensibiliser. Le docteur Julien Broult, directeur du CTS était l'invité de notre journal pour en parler.

Le Centre de Transfusion Sanguine reçoit chaque jour dix à quinze donneurs. Au total, environ 7 000 dons de sang sont collectés chaque année, mais les besoins sont toujours aussi importants. La Polynésie ne peut en effet compter que sur ses propres stocks puisque nous n’importons pas de sang.

Depuis l’année dernière, le CTS peut aussi compter sur l’association des donneurs de sang. Un réel soutien dans sa mission d’information. Ce vendredi 14 juin, à l’occasion de la journée mondiale du don de sang, le centre ouvre ses portes jusqu’à 17 heures à l’hôpital du Taaone, avec un invité très apprécié et porte-parole du CTS, John Gabilou.

Le docteur Julien Broult, directeur du CTS était l’invité de notre journal télévisé jeudi soir.

Constatez-vous chaque année un nombre beaucoup plus important de donneurs lors de la journée mondiale du don de sang ?
« Oui, heureusement la population semble sensible à ce geste d’amour indispensable pour faire fonctionner correctement toutes nos structures hospitalières. »

C’est environ combien de donneurs lors de cette journée ?
« Nous espérons 150 donneurs, c’est le maximum que nous puissions faire. »

Est-ce que la réactivation l’année dernière de l’association des donneurs de sang a permis justement d’amener plus de donneurs ?
« Tout à fait. Cette association va nous permettre peut-être de mieux communiquer, de collecter des dons, de mettre en place aussi des remises de diplômes, des médailles… qui va peut-être sensibiliser et améliorer également notre approvisionnement. »

Vous envoyez également des SMS depuis peu ?
« C’est un moyen moderne et pratique qui nous permet de toucher un maximum de donneurs en fonction des caractéristiques des sang souhaités. »

Il y a environ 7 000 donneurs par an en Polynésie, mais il est important d’en avoir toujours plus, comme la Polynésie est autonome. Dans quels cas avez-vous le plus besoin de sang ? On dit souvent que ce sont les accidents…
« Oui et non. Les accidents font partie bien-sûr des besoins, mais la majeure partie du sang consommé est consommée par des malades qui souffrent de cancer, en gynécologie, en obstétrique, et également, pour les petits bébés, les prématurés. Et ce sang ne peut pas être importé. Il est produit localement. »

De quel groupe sanguin a-t-on le plus besoin ?
« Évidemment, le O est le sang le plus demandé. Il représente 40% de la population mais 60% de notre consommation. On est toujours sur le fil du rasoir concernant les sang du groupe O. »

Vous évoquiez également avec nous il y a quelque temps un projet de loi pour une meilleure prise en charge des patients, notamment dans les îles éloignées. Qu’est-ce que va changer concrètement ? Et où en est ce projet de loi à l’heure actuelle ?
« Je suis très satisfait. Nous avons bien avancé grâce au Ministère de la Santé. Nous avons donc réussi à faire voter par l’Assemblée territoriale de Polynésie un projet de loi, une loi de Pays qui permet de mettre en place dans les îles éloignées ce que l’on appelle ‘la transfusion en isolement’. C’est un petit peu comme cela se fait pour les armées américaines et françaises à l’extérieur des frontières de la France. Donc on peut transfuser dans des conditions exceptionnelles, compliquées, en isolement total, et sauver des vies. »

infos coronavirus