dimanche 27 septembre 2020
A VOIR

|

Journée Mondiale des Lépreux : les malades ont besoin de rénover leurs habitations

Publié le

Publié le 30/01/2016 à 16:45 - Mise à jour le 30/01/2016 à 16:45
Lecture 2 minutes

Depuis des années les malades et les descendants des premiers lépreux qui vivent encore à Orofara ne cessent de demander de l’aide pour rénover leurs habitations. Une question qui jusqu’ici n’a pas trouvé de réponse, à cause du foncier.
 
Un repas a été servi en l’honneur des 6 derniers lépreux vivant encore au village de Orofara. Lina elle, est arrivée à Ororfara en 1947, elle est la seule parmi les convives qui vit désormais dans sa famille.
Lina Keou , Malade de la lèpre, confie : « J’avais 7 ans quand je suis arrivée ici. Il y avait des infirmières et des docteurs… C’était bien … Orofara était propre à cette époque. Les maisons étaient en bon état il y avait tout ce qu’il faut (…) Orofara est devenu sale, ce n’est plus comme avant… »
 
28 familles soit 112 personnes vivent ici au village d’Orofara. Ce sont les descendants des premiers lépreux. Aujourd’hui, ils réclament de l’aide, pour rénover leurs habitations.
Le problème a déjà été relevé plusieurs fois. La municipalité  tente de trouver une solution avec le pays.
Damas Teuira, Maire de Mahina souligne : « ce qu’il manque… c’est qu’on arrive a trouvé un consensus entre les dispositions foncières ici et la capacité à aider ces familles-là … pour restaurer leur maison. »

Cette année 3 associations de Mahina se sont jointes aux organisateurs que sont la commune et les habitants de Orofara, pour que les derniers lépreux puissent passer un moment festif.

Rédaction Web (Reportage Thierry Teamo)

Titaua Deweerdt-Manafenuaroa , Présidente association « te ui taurea no Orofara »

Damas Teuira, Maire de Mahina

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV