dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

Joseph Tapi, constructeur de bateaux à Raraka

Publié le

PORTRAIT - ​Direction Raraka aux Tuamotu pour rencontrer Joseph Tapi, un constructeur de bateaux. Sur cet atoll isolé dépourvu d'aéroport, le bateau est le bien le plus précieux des habitants.

Publié le 10/05/2019 à 13:30 - Mise à jour le 19/06/2019 à 14:22
Lecture < 1 min.

PORTRAIT - ​Direction Raraka aux Tuamotu pour rencontrer Joseph Tapi, un constructeur de bateaux. Sur cet atoll isolé dépourvu d'aéroport, le bateau est le bien le plus précieux des habitants.

Joseph Tapi construit ses bateaux à quelques pas seulement de sa maison. Depuis toujours, il construit et répare les bateaux des habitants du village.

« Nous n’avons pas besoin de voitures ici, par contre, il nous faut 2 ou 3 bateaux pour chercher à manger, rejoindre les cocoteraies, ou encore faire de longues traversées » nous explique Joseph.

En effet, sur l’île, il n’y a pas d’aéroport. Pour les évasans ou pour les départs, il faut rejoindre Kauehi, l’atoll voisin, à deux heures de bateau de Raraka.

À cause de cet isolement, Joseph sait qu’il ne s’arrêtera jamais de construire des bateaux. Son dernier bolide, un poti marara de 27 pieds, un vrai bijou. Et pourtant, Joseph n’a jamais fait d’études dans ce domaine : « Dans la vie, Il faut oser. Tu ne sais pas alors, touche, essaie, apprends. C’est de cette façon que tu gagnes de l’expérience ».

Joseph construit des bateaux depuis plus de 38 ans maintenant, et il ne compte pas s’arrêter de sitôt…

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.