mardi 15 juin 2021
A VOIR

|

Jeunesse désoeuvrée : Vairao mobilise les associations

Publié le

La Presqu’île fait face à une flambée de la violence. À Taiarapu Ouest, les forces de l’ordre sont intervenues à 47 reprises pour des trafics et bagarres depuis le début de l’année. C'est 10 fois plus qu’en 2019, et ce sont les chiffres du premier semestre uniquement. En réponse, la commune organisait cette semaine son premier forum des associations afin d’offrir des perspectives à la jeunesse.

Publié le 28/05/2021 à 9:30 - Mise à jour le 28/05/2021 à 10:40
Lecture 2 minutes

La Presqu’île fait face à une flambée de la violence. À Taiarapu Ouest, les forces de l’ordre sont intervenues à 47 reprises pour des trafics et bagarres depuis le début de l’année. C'est 10 fois plus qu’en 2019, et ce sont les chiffres du premier semestre uniquement. En réponse, la commune organisait cette semaine son premier forum des associations afin d’offrir des perspectives à la jeunesse.

Après les églises, la commune de Taiarapu Ouest a consulté jeudi les associations qui œuvrent en faveur de la jeunesse. Depuis mercredi, 45 associations participent au séminaire dédié à la lutte contre la délinquance. Une initiative qui fait suite aux débordements de violence de ces derniers temps. Les interventions de la police se sont multipliées, comme l’explique le maire délégué de Vairao, Jonathan Tahiraa : « La délinquance augmente dans la commune. On le sait grâce aux chiffres de la police municipale. Le nombre de bagarres qu’il y a eu, on a atteint 47 en si peu de temps alors que début 2019, on était à 3-5. Les jeunes sont livrés à eux-mêmes, sous l’emprise de l’alcool également. Chaque fois, on dit « le jeune, c’est le problème ». Mais finalement, c’est pas le jeune le problème, c’est le système. Le fait de faire collaborer les associations, c’est justement le slogan qui a été utilisé pour ce séminaire « ensemble pour réussir » ».

Lors du séminaire, les intervenants ont également fait remarquer des dérives incitées par un manque de perspectives, selon Dominique, le président d’une association de parents d’élèves : « il y a le problème des drogues à gérer, les sensibilisations au niveau de la sécurité, que ce soit sécurité routière ou violence, et puis dynamiser la commune et apporter beaucoup d’activités aux enfants ».

« Le constat qui est fait, ce sont les problématiques de déscolarisation, d’errance, de consommation toxique », indique Xavier Le Goff, membre de la délégation pour la prévention de la délinquance. « [On a] une jeunesse qui est quand même en grande difficulté aujourd’hui, que ce soit ici ou ailleurs. Cette situation, elle se lit un peu avec un non sens du devenir de cette jeunesse qui est en train de se chercher. Aujourd’hui, on rencontre des clubs de sport, des associations de jeunesse, des associations de parents d’élèves qui sont là, préoccupés par le devenir de leurs jeunes ».

Ont également répondu présents de nombreux acteurs économiques et associations pour guider les participants à travers leur projet de création d’entreprise. Avec l’arrivée des épreuves de surf des Jeux Olympiques de 2024, la commune de Taiarapu Ouest espère en faire un tremplin générateur d’activités pour toute la population de la Presqu’île.

infos coronavirus