Jeu du rêve indien : opération prévention des gendarmes au collège Tinomana Ebb

Publié le

Deux semaines après l’évanouissement de plusieurs élèves du collège Tinomana Ebb qui s’essayaient au « jeu du rêve indien », deux gendarmes se sont rendus, ce jeudi, dans l’établissement pour une opération de prévention.

Publié le 26/10/2023 à 17:00 - Mise à jour le 26/10/2023 à 17:00

Deux semaines après l’évanouissement de plusieurs élèves du collège Tinomana Ebb qui s’essayaient au « jeu du rêve indien », deux gendarmes se sont rendus, ce jeudi, dans l’établissement pour une opération de prévention.

C’était la surprise pour les élèves des classes de 3ᵉ du collège Tinomana Ebb. Des gendarmes étaient présents dans l’établissement pour aller à leur rencontre. Il y a deux semaines, plusieurs jeunes ont en effet perdu connaissance en se prêtant au « jeu du rêve indien » qui consiste à couper sa respiration.

Certains élèves sont encore marqués par les évènements. « J’ai vu quand il est tombé. C’était assez traumatisant. Il y avait du sang qui coulait un peu partout. C’est vraiment quand ça arrive que les jeunes prennent conscience que c’est dangereux. Les conséquences peuvent être graves et c’est important de le savoir », témoigne l’un d’eux.

L’intervention pédagogue des gendarmes était donc la bienvenue pour Barbara Bellorget, la principale du collège : « Il était déjà prévu de faire de la prévention, comme tous les ans, sur le mésusage de l’internet et des réseaux sociaux. Mais puisque nous avons été confrontés à cette problématique, on a décidé d’appuyer davantage encore. On sait qu’on doit être encore plus vigilants. On doit faire encore plus de sensibilisation. Grâce à notre association des parents d’élèves, on va tenter de mettre en place plus d’actions à destination des familles et des parents. »

– PUBLICITE –

A leur âge, ces jeunes connaissent aussi leurs premières relations amoureuses. Les gendarmes ont donc également abordé le sujet des violences au sein des couples. En 2022, les autorités ont enregistré 1 214 victimes de violences conjugales dont 1 024 femmes.

 « L’objectif, c’était déjà de créer un lien, puisqu’on a affaire à différents caractères de personnes. On va essayer d’utiliser des stratégies pour arriver à notre objectif qui est de prévenir toutes sortes de violences », souligne l’adjudant Lewis Lechene, gendarme à la Maison de la protection des familles.

Les gendarmes mèneront prochainement de nouvelles opérations de prévention au sein d’autres établissements scolaires du fenua.

Dernières news