A VOIR

|

James Tumahai : pionnier de l’électricité en Polynésie, sur le départ

Publié le

Après 43 années de service au sein de EDT, cet agent, qui a contribué à l'électrification du fenua à grande échelle, prend sa retraite. Spécialiste des câbles haute tension, il fait partie de la dizaine de personnes habilitées à les manipuler...

Publié le 29/01/2022 à 16:28 - Mise à jour le 31/01/2022 à 11:33
Lecture 2 minutes

Après 43 années de service au sein de EDT, cet agent, qui a contribué à l'électrification du fenua à grande échelle, prend sa retraite. Spécialiste des câbles haute tension, il fait partie de la dizaine de personnes habilitées à les manipuler...


Des câbles à déplacer sur un nouveau poteau, sans couper le courant : James Tumahai ne compte plus le nombre d’interventions de ce type. À 64 ans, ce spécialiste du dépannage effectue ses dernières heures de travail. Il fait partie de la douzaine d’employés habilités à travailler sous haute tension.

“Celui qui est en hauteur, c’est celui qui évalue le danger. La difficulté du métier est que le courant ne se voit pas. Il faut être très attentif pour déterminer qu’il est là, et prendre des mesures de sécurité”, explique James Tumahai, chargé d’intervention au service d’exploitation des réseaux du Nord de Tahiti.

En 1979, l’agent intègre l’entreprise et participe à l’extension du réseau électrique à Tahiti et dans les îles entre les années 80 et 90. Les bougies et les générateurs étaient alors d’usage courant. Au fil des années, il sillonne les archipels pour y distribuer le courant. Son meilleur souvenir reste l’électrification de Tahaa. “On a fait un réseau de 12 kilomètres. On était que 3. On avait seulement un case, pas de grue. Pourtant, nous avions terminé l’installation du réseau avant les délais impartis. Je me souviens que les gens apportaient leurs tables, leurs boules de pétanque… ils découvraient ce que c’était que l’électricité en continu” !

Discret, James a accompagné pendant plusieurs années une nouvelle génération de techniciens, et a vu le métier se moderniser avec de nouvelles normes de sécurité. Timi a grimpé plus d’une fois en haut des poteaux électriques, avec des crochets. “L’expérience qu’il a, je pense qu’on ne l’aura jamais”, déplore Mahiama Ah Sin, chargé de travaux aux côtés James. “Il essaie de nous transmettre tout ce qu’il peut, mais on n’a pas encore tout appris de lui.”

Au cours de ses 43 ans de carrière, il a également vécu l’expérience des décharges… et se souvient avoir passé 6 mois à la clinique après une chute. Néanmoins, sa passion pour le dépannage a toujours été la plus forte. Désormais, il est temps de ranger les câbles électriques, et de s’adonner à une nouvelle activité.