vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Islands Airline veut desservir 13 destinations en Polynésie

Publié le

Aux destinations demandées initialement dans les îles par Islands airline, s'ajoutent Hiva Oa, Raivavae, Tikehau et Totegegie.

Publié le 13/11/2019 à 16:36 - Mise à jour le 13/11/2019 à 16:39
Lecture 2 minutes

Aux destinations demandées initialement dans les îles par Islands airline, s'ajoutent Hiva Oa, Raivavae, Tikehau et Totegegie.

En 2017, la compagnie de l’homme d’affaires Bill Ravel avait sollicité l’octroi d’une licence d’exploitation pour la desserte régulière des îles de Bora Bora (quatre vols journaliers) ; Raiatea (deux vols journaliers) ; Huahine (un vol journalier) ; Rangiroa (un vol journalier) ; Nuku-Hiva (trois vols hebdomadaires) ; Tubuai (trois vols hebdomadaires) ; et Hao (trois vols hebdomadaires).
 
Islands Airline projetait par ailleurs la desserte de Apia aux îles Samoa et de Rarotonga aux îles Cook. Des dessertes censées compléter celles actuellement opérées par la compagnie Air Tahiti.

Ce mercredi en conseil des ministres, le ministre en charge des Transports interinsulaires a présenté un arrêté portant modification de l’annexe de l’arrêté octroyant une licence de transporteur aérien régulier à Islands Airline.

Les modifications portent sur la composition de la flotte des aéronefs et sur un rajout de destinations dans les îles. Dorénavant, Islands Airline opte pour un jet Embraer E175 et deux turbo propulseurs Bombardier Q400. Les destinations demandées initialement dans les îles sont augmentées de Hiva Oa, Raivavae, Tikehau et Totegegie, ce qui porte à un total de 13 destinations en Polynésie française.

Les destinations demandées sont les suivantes :

  • Iles Sous-le-Vent : Bora Bora, Raiatea et Huahine ;
  • Marquises : Nuku Hiva et Hiva Oa ;
  • Tuamotu – Gambier : Rangiroa, Fakarava, Tikehau, Hao et Totgegie ;
  • Australes : Tubuai, Rurutu et Raivavae ;
  • International : Rarotonga.

Le Conseil des ministres a adopté l’arrêté portant modification de l’annexe de l’arrêté du 25 octobre dernier octroyant la licence de transporteur aérien régulier.

Les autres sujets dans le compte-rendu du Conseil des ministres :
– FENIX, le nouveau système de dédouanement du Pays désormais opérationnel
– Revalorisation du prix de la baguette de pain réglementée qui passe de 53 à 57 Fcfp
– Sept projets d’investissement d’entreprises soutenus par le Pays
– 49e Salon des Marquises
– Point d’avancement sur le programme de rénovation urbaine (PRU)
– Heiva i Paris et Heiva i Monaco : subvention pour l’association « Destination Tahiti »
– Soutien au Comité Polynésien des Maisons Familiales Rurales pour le relogement de la MFR Vairao filles
– Colloque Météo France en Polynésie française
– “Noël ensemble” du 6 au 22 décembre
– Cession de trois pales de gouvernail de la pirogue double Hawaiki Nui au « Musée de Tahiti et des Iles – Te Fare Manaha
– Subventions en faveur d’associations culturelles
– Subventions en faveur des établissements publics d’enseignement de la Polynésie française
– Subventions d’investissement et de fonctionnement aux associations et fédérations sportives

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une administration en sureffectif et sous-qualifiée, selon la CTC

Une administration en sureffectif et sous qualifiée. C’est le constat que dresse la Chambre Territoriale des Comptes dans son dernier rapport paru hier après une longue période de réserve en raison des échéances électorales. La CTC s’est penchée sur la gestion des ressources humaines de l’administration du Pays de 2010 à aujourd’hui. Et si quelques progrès ont été faits, ils sont insuffisants pour la juridiction qui plaide pour que des "réformes structurelles" soient entreprises "au plus vite".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV