fbpx
dimanche 26 janvier 2020
A VOIR

|

Isabelle Sachet : “La femme polynésienne est très engagée”

Publié le

Publié le 07/03/2019 à 10:47 - Mise à jour le 07/03/2019 à 10:47
Lecture 3 minutes

La journée des droits des femmes est célébrée dans le monde entier ce vendredi 8 mars. La Polynésie participe aussi à l’événement. Plusieurs associations organisent des manifestations, à Taravao, Pirae, Papara ou encore Moorea. Des manifestations auxquelles participera la ministre de la famille et des solidarités Isabelle Sachet. Elle était notre invitée sur le plateau du journal télévisé pour parler de la condition féminine au fenua.

Le thème retenu cette année pour la Polynésie est : “Je suis mon pays”. Pourquoi avoir choisi ce thème pour illustrer les difficultés que rencontrent les femmes ?
“Ce thème, c’est la vision que j’ai pour notre ministère, pour toutes les actions que nous allons mener. Lorsque je m’engage dans une association pour faire du bien aux autres, lorsque pour la maison je travaille pour la paix dans la famille, lorsque je fais tout pour que tout aille bien autour de moi… eh bien, je suis mon pays. Parce que je donne à mon pays une belle image aux Polynésiens, et donc je suis mon pays dans toutes les actions que je peux mener lorsque je m’engage dans l’église… Partout où je vais, je suis mon pays.”

Selon vous, c’est le rôle que doit avoir la femme polynésienne dans notre société ?
“Oui, tout à fait. Et elle a déjà ce rôle. Nous savons de longue date que la femme polynésienne est très engagée dans les églises, dans les associations… mais également pour son foyer. Et donc, le thème que nous avons voulu mettre en avant pour cette année, c’est ‘paroles de femmes’. D’où les portraits de 7 femmes que nous avons réalisé et qui sont diffusés à la télévision. Ce sont des femmes pas très connues, hormis notre grande championne de surf, mais qui ont une vie extraordinaire par les actes qu’elles mènent toute la journée pour les uns, pour les autres, pour leurs familles… mais aussi dans leurs associations et leur emploi. Ce sont des femmes d’exemple. Nous voudrions que les femmes, en général, puissent s’identifier à elles et se dire : ‘mais finalement, moi aussi je suis extraordinaire dans ma vie, dans tout ce que je fais.”

Cette journée est consacrée aux droits des femmes et donc à combattre les inégalités. En France, les thèmes retenus cette année sont les violences conjugales et les inégalités au travail. Des problématiques que la Polynésie connait bien…
“Bien évidemment, je vais ouvrir ce 8 mars les deux journées du Conseil des femmes, où il y aura bien sûr des ateliers destinés à discuter de ces sujets-là. Mais il faut savoir que la DSFE (Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité) avec qui je travaille, travaille toute l’année sur le thème des violences faites au femmes. Puisque la DSFE a récupéré les missions de la délégation à la famille et à la condition féminine. Tout cela est travaillé toute l’année.”

Il est vrai qu’on a beaucoup reproché à la délégation à la famille et à la condition féminine qu’en intégrant la délégation de la famille et la solidarité, que la cause féminine ne soit plus parmi les priorités de votre ministère. On sait que vous travaillez beaucoup sur la vieillesse, la précarité, le handicap… Mais concrètement, quelles sont les actions que vous avez mené, que vous menez et que vous allez mener, sur la condition féminine ?
“Sur la question des violences faites aux femmes, je pense que sur l’exemple du Pu O Te Hau, qui est malheureusement une association seule, il serait nécessaire d’ouvrir d’autres unités d’accueil d’urgence de ces femmes sur le Pays.”

Cela sera fait cette année ?
“Vous savez, on a toujours envie de faire tout en même temps, mais j’ai appris la patience en tant que ministre. C’est difficile de tout faire aboutir en même temps. Mais en tout cas, nous en avons parlé déjà en conseil des ministres, et c’est sur la bonne voie.”

 

 

Rédaction web avec Tamara Sentis

L’audiovisuel, un secteur qui séduit les jeunes

Ils sont graphistes, cadreurs, réalisateurs ou beatmakers. Avec la généralisation des smartphones et du numérique, les métiers de l’audiovisuel attirent de plus en plus de jeunes. Faute d’école spécialisée au fenua, ils sont nombreux à se former sur le tas. Comment font-ils pour s’en sortir et se faire une place sur un marché restreint ? Eléments de réponse.

Le paiement sans contact bientôt généralisé en Polynésie

Jusqu’à aujourd’hui, seule la Banque de Tahiti avait équipé son parc du système de paiement sans contact. D’ici la fin de l’année, l’ensemble des Polynésiens y auront accès. Les techniciens de l’OSB font le tour des commerçants pour installer cette nouvelle fonction. Une opération de grande ampleur puisque le reste du parc compte près de 2 700 terminaux de paiement électronique.

L’inlassable hausse des cotisations sociales

Les nouvelles hausses des cotisations sociales sont effectives depuis le 1er janvier. Adoptées en conseil des ministres le 13 décembre, elles visent la tranche A de la retraite et l’assurance maladie. Des augmentations "nécessaires", juge le gouvernement, malgré les réticences des partenaires sociaux.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Bus électriques : comment intervenir en cas d’accident

Avec la mise en circulation de bus électriques sur les routes de Tahiti, les procédures d’intervention évoluent en cas d’accident, et notamment si ces véhicules de transport en commun venaient à prendre feu. Plusieurs brigades du fenua se forment aux spécificités techniques de ces nouveaux bus.

Australie : des espèces menacées durement frappées par le...

Les feux en Australie ont brûlé plus de la moitié de l'habitat connu de 100 plantes et animaux menacés, dont 32 espèces en danger critique d'extinction, a annoncé lundi le gouvernement.

Eto sur la scène du grand théâtre

On note d’abord son style, empreint de son chanteur préféré, Ben Harper... Eto est jeune et pourtant il s’est rapidement fait remarquer...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X