vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Internet dans les îles : une nouvelle pétition d’usagers en colère

Publié le

Publié le 10/08/2016 à 13:37 - Mise à jour le 10/08/2016 à 13:37
Lecture 2 minutes

Jeudi dernier, une nouvelle pétition est arrivée sur le bureau du directeur général de Vini. Elle rassemble 641 signatures d’usagers d’Internet de Nuku Hiva aux Marquises. Dans la lettre qui accompagne les signatures, les abonnés expliquent les nombreuses difficultés qu’ils rencontrent, notamment depuis mai dernier, pour accéder normalement à Internet. Ils dénoncent les coupures du réseau fréquentes, voire quotidiennes, les accès réduits (notamment sur la plupart des sites à l’international) et le ralentissement du débit.
« Cette situation ne peut plus durer, explique Jean-Michel Ségur le porte-parole des usagers mécontents, d’autant plus qu’à forfaits d’abonnements équivalents, les services fournis sur Tahiti demeurent bien meilleurs que ceux délivrés dans nos îles ». Les signataires réclament trois mois de gratuité pour compenser les pannes et revoir les tarifs des forfaits qui ne correspondent plus au service rendu.

La lettre et la pétition ont aussi été adressées au président du Pays, également ministre des Télécommunications.Ce nouveau coup de colère des usagers des îles éloignées vient s’ajouter à celui du collectif « Fiu de Vini » qui a réuni, depuis plusieurs mois, plus de 1 000 signatures provenant de Ua pou, Hiva Oa, Tavake, Raiatea, Bora Bora, Arutua.
Rappelons enfin que la fourniture d’accès à Internet dans les îles fait justement l’objet d’une procédure judiciaire depuis le début de l’année: une enquête et un constat d’une double infraction pénale (tromperie et entrave à enquête) contre Vini et l’OPT a été déposée sur le bureau du procureur par  la direction générale des Affaires économiques. Le parquet a ordonné une enquête complémentaire qui pourrait déboucher ensuite sur un renvoi au tribunal correctionnel.

La rédaction

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu