fbpx
dimanche 15 décembre 2019
A VOIR

|

Intercontinental Moorea : pour l’avocat, les licenciements sont “nuls”

Publié le

Dans une note au syndicat, Me Stanley Cross, avocat des ex salariés de l'Intercontinental Moorea, conteste les propos de Guillaume Epinette directeur régional du groupe Intercontinental

Publié le 15/11/2019 à 15:21 - Mise à jour le 15/11/2019 à 15:26
Lecture 2 minutes

Dans une note au syndicat, Me Stanley Cross, avocat des ex salariés de l'Intercontinental Moorea, conteste les propos de Guillaume Epinette directeur régional du groupe Intercontinental

La plainte pour viol déposée contre quatre salariés de l’Intercontinental Moorea a été classée sans suite. Leur avocat et le syndicat O oe To Oe Rima a demandé la réintégration des employés.

Dans une interview, Guillaume Epinette, directeur régional du groupe Intercontinental explique que “La décision du bureau du procureur de classer sans suite le dossier s’inscrit dans le cadre d’une procédure pénale relative à des accusations de viol. Dans ce dossier, l’hôtel n’est absolument pas intervenu, n’a pas à intervenir

Dans une note au syndicat, Me Stanley Cross, avocat des ex salariés de l’Intercontinental Moorea, conteste les propos de Guillaume Epinette : “un procès-verbal d’investigations du 29 août 2019, tirée de l’enquête prétiminaire, va faire état des déclarations de ta direction de l’hôtel Moorea en les qualifiant d’ailteurs – avec celles de la présumée victime et de son compagnon -, de “peu spontanées”, les enquêteurs relevant qu’elles étaient intervenues après un entretien de plus d’une heure au sein de l’établissement avant te dépôt de plainte à ta brigade
de gendarmerie de Moorea.”

>Lire aussi : Intercontinental, la plainte classée sans suite, le syndicat demande la réintégration des salariés

Concernant le licenciement des quatre employés, Guillaume Epinette déclarait en interview “qu’on est dans une procédure encadrée par le code du travail concernant des faits de harcèlement sexuel qui ont été dénoncés sur le lieu de travail. (…) On est dans le cadre d’un harcèlement sexuel qui est un dossier complètement différent et séparé de la procédure pénale concernant le viol (…) Pour le moment, il n’y a pas de remise en cause dans le cadre du code du travail et dans le cadre d’un tribunal du travail, de ces quatre licenciements.”

Ce à quoi Me Stanley Cross répond que “les quatre salariés avaient fait l’objet d’une mise à pied conservatoire immédiate le 22 août 2019 pour des faits de harcèlement sexuel, d’agressions sexuelles et de viol, étant précisé ici que cette mise à pied est intervenue le lendemain même de la dénonciation par la présumée victime à la direction de l’hôtel desdits faits, la direction se gardant bien de prendre la peine d’entendre ces quatre salariés sur ces accusations.”

L’avocat estime que “dès le départ, la direction de l’hôtel lntercontinental
de Moorea avait considéré que les faits dénoncés par la présumée victime étaient avérées, et elle s’est employée, parallèlement à l’enquête préliminaire des brigades de gendarmerie de Moorea et de Faa’a, à entreprendre une enquête interne “orientée” -, visant en fait à conforter les allégations mensongères de la présumée victime.”

Retrouvez la note complète de l’avocat des ex-salariés ici :

Le prix de la vanille ne cesse d’augmenter

Depuis quelques années, le prix du kilo de la vanille mûre ne cesse d’augmenter. Cette année, il s’est monnayé jusqu’à 15 000 Fcfp. Un prix qui s’explique notamment par une faible production et ce malgré les plans de relance du Pays.

Fruits et légumes : la guerre des marges

Les maraîchers du fenua tirent la sonnette d’alarme. Le 15 février de cette année, sans concertation avec les producteurs, le gouvernement retire tous les fruits et légumes de la liste des PPN et des PGC, à la demande de la fédération générale du commerce. Chaque commerçant devient donc libre de fixer ses prix. Deux syndicats agricoles demandent au gouvernement des marges réglementées pour sauver l’agriculture locale.

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Kaya Créations : des bijoux emprunts de voyages et...

Un couple de jeunes créateurs du fenua s’est lancé dans la fabrication de bijoux. Depuis le lancement de leur marque en mai dernier, Aurélie et Richard se sont rapidement fait remarquer pour leur style. Leurs créations prennent vie grâce aux nombreux voyages qu’ils ont effectué dans le monde. Direction la vallée de la Matatia, dans leur atelier pour les découvrir...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X