lundi 10 août 2020
A VOIR

|

Installation d’un comité d’aide aux victimes

Publié le

Le Haut-commissaire de la République, Dominique Sorain et le Procureur de la République, Hervé Leroy, ont installé le comité local d’aide aux victimes (CLAV), en présence du Président du Pays, de chefs de services de l’État et du Pays, ainsi que de représentants d’associations, à la Présidence.

Publié le 19/11/2019 à 15:30 - Mise à jour le 19/11/2019 à 17:15
Lecture 2 minutes

Le Haut-commissaire de la République, Dominique Sorain et le Procureur de la République, Hervé Leroy, ont installé le comité local d’aide aux victimes (CLAV), en présence du Président du Pays, de chefs de services de l’État et du Pays, ainsi que de représentants d’associations, à la Présidence.

Institués par le décret n° 2016/1056 modifié, les comités locaux d’aide aux victimes (CLAV) ont succédé aux comités locaux de suivi des victimes de terrorisme (CLSV) créés à la suite des attentats terroristes de 2015.

Lors du comité interministériel de l’aide aux victimes du 11 mars 2019, le Premier Ministre et le ministre de l’Intérieur ont souhaité pour l’ensemble des départements se dotent d’un CLAV et d’un schéma permettant de faire face, de façon coordonnée et efficiente, à des crises impactant la population. Ce souhait a également été rappelé à l’occasion du Grenelle sur les violences conjugales pour que les CLAV prennent en charge les victimes de violences conjugales.

L’objectif est donc d’étendre le champ d’action et les missions de ces instances en accompagnant toutes les victimes.

Instance locale de référence pour toutes les victimes, le CLAV vise à mettre en place un meilleur suivi et à améliorer les dispositifs d’aide aux victimes. L’accès à l’information et l’accompagnement dans les démarches administratives doit être également facilité.

Il veille à la structuration, à la coordination, à la mise en œuvre et à l’amélioration des dispositifs locaux d’accompagnement et d’aide aux victimes, notamment d’infractions pénales, d’accidents collectifs ou en cas de catastrophes naturelles.

Depuis sa création en août 2017, la délégation interministérielle à l’aide aux victimes s’est efforcée d’améliorer les dispositifs de prise en charge des victimes, en prenant en compte les retours d’expérience issus d’une part, d’événements dramatiques pour lesquels elle s’est mobilisée, qu’il s’agisse d’attentats, de catastrophes naturelles, d’accidents collectifs ou d’autres infractions commises au quotidien, et d’autre part, des associations, actrices sur le terrain, dont le rôle est essentiel.

Un CLAV au fenua

En Polynésie française, les premiers travaux du CLAV vont porter sur la rédaction d’un annuaire local recensant tous les acteurs pouvant être sollicités pour la mise en œuvre des droits des victimes (prise en charge, suivi, indemnisation, etc), dans l’intérêt de faciliter le parcours de la victime.

En outre, le CLAV s’attachera à rédiger un schéma local d’aide aux victimes pour présenter les dispositifs existants, évaluer les moyens possibles et définir les actions locales prioritaires. Cela implique de réaliser au préalable un état des lieux transversal et approfondi des dispositifs existants,  ce qui permettra de structurer les dispositifs d’aide aux victimes.

L’ensemble des services publics sont mobilisés autour de ces objectifs communs pour structurer l’aide aux victimes confrontés à des crises majeures que sont les accidents collectifs ou les catastrophes naturelles.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Initié à Raiatea il y a 2 ans, le programme "Faito tano" rassemble aujourd’hui près d’une centaine de familles des îles Sous-le-Vent. L’objectif de ce projet est de lutter contre le surpoids et l’obésité dès le plus jeune âge. Un travail d’accompagnement mené en collaboration avec plusieurs partenaires et soutenu par le ministère de la Santé et la CPS.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV