vendredi 25 septembre 2020
A VOIR

|

Infirmiers en colère : « Je n’ai pas été payée depuis mars »

Publié le

Publié le 22/04/2015 à 15:51 - Mise à jour le 22/04/2015 à 15:51
Lecture 2 minutes

Hier, dans un communiqué, les infirmiers libéraux ont annoncé qu’ils cesseraient toute nouvelle prise en charge, « à domicile ou en cabinet, à compter du dimanche 26 avril minuit et ce jusqu’à ce que les délais conventionnels » de paiement soient enfin réellement respectés par la Caisse de Prévoyance sociale (CPS). Les infirmiers libéraux dénoncent les retards de paiement de la Caisse qui peuvent aller jusqu’à plus de 6 mois… Certains n’arrivent plus à boucler les fins de mois.
« Il nous arrive que depuis plusieurs mois, plusieurs années même, nous ne sommes pas intégralement payés des factures que nous déposons », explique Pascale Carrere Debat, infirmière libérale à Faa’a.

Ils ont fait 3 ans d’études, ont un diplôme en poche, et des journées de travail qui commencent parfois à 3 heures du matin. Les infirmiers libéraux ne savent pourtant plus aujourd’hui comment payer leurs courses, leurs factures… « Moi, là, je n’ai pas été payée depuis le 12 mars », raconte Pascale. « Je vis à crédit. J’ai tapé dans mes économies. Je n’ai plus d’économie actuellement. J’ai vidé tous mes comptes bancaires, tout ce que je réservais pour la retraite. J’ai tout liquidé. Je n’ai plus rien. »
Pourtant, les infirmiers continuent de travailler. « On a, théoriquement, de l’argent à notre banque CPS. La CPS est devenue notre banque. Et ça, ce n’est plus possible », s’exclame l’infirmière. « La dernière fois que je suis allée à la CPS en disant que ce n’était plus possible, la dame m’a répondu : « mais qu’est-ce que tu veux que je te dise ? On n’a pas d’argent, on n’a pas d’argent. On ne va pas l’inventer ? » Comment est-ce qu’on peut nous répondre des choses comme ça ? », demande Pascale. 

Ce jeudi, la présidence a souhaité réagir dans un communiqué. Elle attribue les retards de paiement aux « difficultés en matière de financement de la protection sociale ».
« Suite à la signature de la convention État/Pays, l’État abonde en 2015 le budget du RSPF d’un montant de 1,4 milliard Fcfp. Cet apport va contribuer à la rémunération des professionnels libéraux dans des délais plus acceptables », rassure le gouvernement.
La présidence annonce que le ministère de la Santé a donné des instructions à la CPS. La Caisse devra « résorber dans les 10 jours, les retards générés par la grève du mois dernier » et « privilégier dorénavant le règlement des honoraires des professionnels dont la part de la patientèle relevant du RSPF dépasse celle de la moyenne de la profession ». 
Concernant la menace d’une suspension d’activité dès dimanche, la présidence prévient les infirmiers libéraux :  « nous savons qu’ils n’enfreindront pas à leurs devoirs déontologiques d’assurer les soins aux patients qui le nécessitent. En effet, la réglementation précise les motifs de refus de soins. Les critères financiers n’en font pas partie ».

Le communiqué de la présidence :
 

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV