samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Inauguration du centre Ciguaprod à Paea

Publié le

Dans le cadre des 70 ans de l’institut Louis Malardé, les autorités du Pays et de l’État ont inauguré ce matin le centre Ciguaprod à Paea. Ce laboratoire bénéficie d’un financement du contrat de projets à hauteur de 250 millions de Fcfp. Il vise à produire à grande échelle des micro-algues et ciguatoxines qui sont très demandées par les laboratoires de recherche dans le monde.

Publié le 26/09/2019 à 16:28 - Mise à jour le 26/09/2019 à 17:33
Lecture 3 minutes

Dans le cadre des 70 ans de l’institut Louis Malardé, les autorités du Pays et de l’État ont inauguré ce matin le centre Ciguaprod à Paea. Ce laboratoire bénéficie d’un financement du contrat de projets à hauteur de 250 millions de Fcfp. Il vise à produire à grande échelle des micro-algues et ciguatoxines qui sont très demandées par les laboratoires de recherche dans le monde.

Le laboratoire Ciguaprod, qui bénéficie d’un financement du Contrat de projets, vise à produire à grande échelle des micro-algues et ciguatoxines, sources de composés bioactifs susceptibles de trouver des applications en recherche biomédicale et neuropharmacologique. Il permettra de valoriser la biodiversité des lagons polynésiens ainsi que le savoir-faire inédit du laboratoire des biotoxines marines de l’ILM, fruit de cinq décennies de recherche.

Lors de cette cérémonie, organisée le 26 septembre, soit la date anniversaire pour les 70 ans de l’Institut Louis Malardé, Suzanne Chanteau et Eliane Chungue ont été distinguées dans l’ordre de Tahiti Nui. Ces deux chercheuses polynésiennes ont mené une brillante carrière à l’Institut Malardé, puis au sein de l’Institut Pasteur, consacrant leurs recherches aux maladies qui étaient souvent négligées (filariose, dengue, lèpre, ciguatera) et contribuant à des avancées scientifiques majeures.

Suzanne Chanteau a été distinguée de l’ordre de Tahiti Nui. (Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)
Eliane Chungue a été distinguée de l’ordre de Tahiti Nui. (Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Un hommage a aussi été rendu à William Albert Robinson, homme passionné et généreux, qui a investi son énergie et sa fortune personnelle dans son projet de création d’un centre de recherche sur la filariose en Polynésie française, devenu par la suite l’Institut Louis Malardé. Son nom sera ainsi donné au centre polynésien de recherche de Paea.

(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)
(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Par ailleurs, également financé au titre du Contrat de projets 2015-2020, le centre Innoventomo permettra, à terme, la mise en œuvre de stratégies de lutte contre les moustiques innovantes, et de grande ampleur, au niveau des communes et d’îles entières. Il renforcera la capacité du Pays en matière de surveillance et de lutte contre les moustiques vecteurs de maladies infectieuses à risque épidémique.

Le projet Innoventomo comprend la rénovation du laboratoire de recherche en entomologie médicale (440 m2) ainsi que la construction d’une extension de 636 m2 et d’une serre expérimentale de 211 m2. Ce complexe sera dédié à la production de moustiques mâles stérilisants en masse pour la conduite d’opérations de lutte anti-vectorielle (LAV) d’envergure. En l’absence de traitements spécifiques ou de vaccins, la LAV reste le seul moyen pour prévenir et limiter les épidémies à transmission vectorielle (dengue, zika, chikungunya). Ces raisons ont incité la communauté scientifique internationale à développer des stratégies de lutte innovantes, plus efficaces, plus respectueuses de l’environnement et donc plus durables.

(Crédit photo : Haut-commissariat de la République en Polynésie française)

Le laboratoire de recherche en entomologie médicale de l’Institut Louis Malardé s’est investi, au travers d’études-pilotes menées dans le cadre de partenariats public/privé, dans la production de moustiques mâles stériles dont les lâchers réguliers dans les zones infestées permettent de réduire drastiquement la nuisance et donc le risque d’exposition à des piqures de moustiques potentiellement infectieuses. Les travaux réalisés à Tetiaroa depuis 2015, et ceux initiés à Taha’a depuis 2018, démontrent le potentiel de ces techniques de LAV innovante qui pourront, dès 2020, être étendues à l’échelle de commune ou d’île.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

HOA : une nouvelle brasserie au fenua

Un nouveau produit va faire son entrée au fenua. La bière HOA a été conçue par deux jeunes entrepreneurs. Au-delà de la création, la brasserie a surtout vu le jour grâce à la participation bénévole d’une centaine de personnes. Une brasserie pas comme les autres…

Préparation et maintenance des travaux avant la reprise des...

Les appareils d’Air Tahiti Nui vont pouvoir sortir de la torpeur du Covid-19. Une remise en route qui implique une maintenance rigoureuse et quotidienne face à des conditions atmosphériques spécifiques aux îles. Air salin, humidité et rayons UV : une cinquantaine de personnes veillent à l’entretien de la flotte selon un programme bien précis. Une opération inédite pour la compagnie au tiare.

Dans la course aux sénatoriales

https://youtu.be/JIo-iab0rrc Arue pour l’alliance menée par Teura Iriti, Paea pour celle d’Antony Géros : les victoires des numéros...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV