vendredi 24 juin 2022
A VOIR

|

Communiqué

Inauguration de la fresque Te ao ninamu à la résidence OPH “Luine” à Papeete

Publié le

COMMUNIQUÉ - Le vice-président et ministre en charge du logement, Jean-Christophe Bouissou, a procédé ce vendredi, à l’inauguration de la fresque monumentale de la résidence sociale "Luine" à Papeete, réalisée par l’Office Polynésien de l’habitat (OPH), en partenariat avec le festival international de street art ONO’U.

Publié le 20/05/2022 à 14:51 - Mise à jour le 20/05/2022 à 14:52
Lecture 4 minutes

COMMUNIQUÉ - Le vice-président et ministre en charge du logement, Jean-Christophe Bouissou, a procédé ce vendredi, à l’inauguration de la fresque monumentale de la résidence sociale "Luine" à Papeete, réalisée par l’Office Polynésien de l’habitat (OPH), en partenariat avec le festival international de street art ONO’U.

La cérémonie s’est déroulée en présence notamment du ministre des Grands travaux, René Temeharo, de la consule générale d’Australie en résidence en Polynésie française, Claire Scott, des représentants du maire de la ville de Papeete, de la fondatrice du festival ONO’U, Sarah Roopinia, du directeur général de l’OPH, Moana Blanchard, de la directrice en charge de l’Habitat groupé et de la Proximité, Christiane Boosie-Teniaro, de la directrice de la gestion du patrimoine, Sandra Ebb-Trebouta, des ambassadeurs du Blue Climate Summit, et des artistes ayant participé à sa réalisation.

Cette œuvre porte sur 2000 m² de parties communes, intérieures et extérieures, et sa réalisation est le fruit de la collaboration entre deux artistes internationaux (le Grec Insane 51 et l’Australien Guido Van Helten) et six artistes locaux (Sarah Viault, Ravage, Rival, Pierre Motahi, Richard Barri et Tearii Flohr), assistés par quatre “artistes en herbe” habitants de la résidence “Luine”.

Intitulée “Te ao ninamu” (Le monde en bleu), elle représente la vie dans un univers marin, depuis les abysses jusqu’à la surface. Trois thématiques sont illustrées sur les 3 étages de l’immeuble : la bioluminescence, que l’on trouve chez certains organismes des grandes profondeurs, le biomimétisme qui s’inspire de la nature pour l’ingénierie et l’innovation, et la biodiversité entre terre et mer.

Des éléments culturels polynésiens sont également intégrés dans les tableaux, tels que les tatouages ou encore les grottes de Mokorea, issues de légendes paumotu. Des techniques variées et innovantes y ont été utilisées, comme l’utilisation de peinture phosphorescente ou fluorescente, ou encore les trois niveaux de lecture de l’artiste Insane 51, visibles avec des lunettes de type 3D.

La thématique de l’océan touche particulièrement les locataires, dont bon nombre sont pêcheurs. Ils ont accueilli avec enthousiasme ce projet, et, grâce à leur collaboration avec les équipes de l’OPH et ONO’U, portent un regard neuf sur leur lieu de vie.

Le coût global de cette opération artistique de ravalement et de cohésion sociale s’élève à près de 20 millions de Fcfp, financés sur les fonds propres de l’OPH.

Cette fresque est la deuxième depuis le début de l’année à introduire l’art dans le logement social, après l’exposition éphémère et l’habillage de la maison de quartier de la résidence “Titaaviri” à Papeari. L’action de rénovation, d’embellissement et de cohésion mené par l’OPH dans le cadre de son partenariat avec ONO’U depuis 3 ans, demeure un liant social intemporel et universel.

Article précédentWaaaaves : Taapuna Master 2022
Article suivantThe Voice : la finale

infos coronavirus