mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Ils se préparent à l’excellence pour gagner leur place à Sciences Po

Publié le

Publié le 11/03/2019 à 9:01 - Mise à jour le 11/03/2019 à 9:01
Lecture 2 minutes

“Sciences Po, c’est l’idéal pour moi, lance Vaiti dans un sourire. Je veux être soit diplomate, soit journaliste, et dans les deux cas, c’est la voie royale pour atteindre ces deux métiers.”
 
À l’instar de cette élève de terminale, d’autres, issus des différents lycées de Polynésie, caressent aussi le rêve d’accéder à la plus prestigieuse des universités : Sciences Po. Chaque année, ils sont de plus en plus nombreux à passer l’examen d’entrée.
 
Et pour s’y préparer, “on vient tous les mercredis au lycée Aorai, explique Vaiti. On a trois cours différents : questions contemporaines, avec des professeurs de sciences économiques et sociales ; des cours d’histoire et des cours d’anglais.” Cette préparation concerne l’examen d’entrée pour les Instituts d’études politiques de province et non Sciences Po Paris. 
 
Francis, un autre élève de terminale qui suit également la formation, “prépare le concours depuis le mois d’août”. “Ça demande beaucoup d’investissement, souffle-t-il, ça prend beaucoup de notre temps personnel du coup, mais on y arrive, il suffit de s’organiser.”
 
Mais pour prétendre à entrer dans l’un des instituts d’études politiques (IEP) de province, il faut surtout avoir un goût prononcé pour les matières telles que l’histoire, le droit, les sciences politiques, la sociologie ou encore l’économie. Et les candidats doivent redoubler d’efforts.
 
“Pour cette préparation, on doit leur donner à la fois des connaissances beaucoup plus fines, et de la méthode, soutient Frédéric Lesimple, professeur d’histoire-géographie impliqué dans le programme. Parce qu’on est sur un concours, donc il ne s’agit pas de viser 10/20, il s’agit d’être le meilleur possible pour avoir une des places qui sont offertes.”
 
Ce programme de préparation a été initié par l’association des anciens élèves de Sciences Po, en partenariat avec le ministère de l’Éducation. Il vise à approfondir les connaissances et à développer les capacités des jeunes Polynésiens.
 
Car “ce concours est très sélectif”, assène Victor Lau, le président de l’association des anciens élèves de Sciences Po. “Le taux de réussite est d’à peu près 10%. Sur à peu près 10 000 candidats qui se présentent tous les ans, les sept IEP de province n’en prennent qu’un millier…”
 
Sur le pôle urbain, ils sont une vingtaine d’étudiants à tenter leur chance pour accéder à Sciences Po. Le concours est prévu le 25 mai avec une épreuve écrite. Les résultats seront connus au mois de juin.
 

Rédaction web avec Jeanne Tinorua et Tauhiti Tauniua-Mu San

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub