vendredi 23 octobre 2020
A VOIR

|

Il risque la perpétuité pour avoir tué l’amant de sa femme

Publié le

Publié le 19/06/2019 à 15:00 - Mise à jour le 19/06/2019 à 15:00
Lecture 2 minutes

C’est la deuxième affaire jugée par la cour d’assises de Papeete lors de cette session. Ce jeudi matin, elle s’est intéressée au profil psychologique de l’accusé. Un homme qui, dans la nuit du 22 octobre 2017 à Punaauia, a poignardé à mort le nouveau tane de sa femme.
 
Ses proches le décrivent comme quelqu’un de calme, gentil et travailleur. La nuit du drame, il dit s’être rendu au domicile de l’amant de sa femme pour la chercher.
 
Pour l’avocat de cette dernière, Me Rousseau-Wiar, « la première question juridique qui va être posée aux jurés, c’est de savoir si on est en présence d’un meurtre ou d’un assassinat. Parce que, initialement, l’ouverture du dossier concerne un meurtre et aujourd’hui il est poursuivi pour un assassinat, à savoir un meurtre avec préméditation. Lui maintient toujours qu’il n’avait pas prémédité son geste et que c’est un concours de circonstances, sauf qu’il s’est présenté au domicile avec un couteau et qu’on connaît aujourd’hui le résultat… »
 
L’accusé est accablé par les remords. S’il a pris un couteau, dit-il, c’est pour se défendre au cas où. Mais selon les témoignages des voisins et de sa femme, il était hors de lui et criait qu’il allait la tuer elle et son nouvel amant.
 
« Finalement, le profil de l’accusé et de la victime peut se rejoindre, déclare l’avocate de l’accusé, Me Boulleret, dans la mesure où on avait affaire à deux jeunes hommes calmes, gentils, travailleurs, et qui sont décrits comme ayant changé de comportement à partir du moment où ils ont rencontré la jeune femme qui, finalement, jouait sur les deux tableaux et avait une relation amoureuse consentie avec la victime et l’accusé. »
 
Le procès a été programmé sur deux jours. L’accusé risque la réclusion criminelle à perpétuité.
 
 

Rédaction web avec Sam Teinaore

infos coronavirus