dimanche 29 mai 2022
A VOIR

|

Il porte un coup de poing mortel à son oncle : trois ans ferme

Publié le

Publié le 23/06/2019 à 15:56 - Mise à jour le 23/06/2019 à 15:56
Lecture 2 minutes

À l’ouverture de son procès ce lundi, un seul mot sortait de la bouche de l’accusé : “oui”. “Oui” pour acquiescer à tout ce que la présidente de la cour d’assises lui disait, mais aussi “oui” parce qu’il pouvait difficilement sortir d’autres réponses. L’usage de la parole n’était pas très courant dans sa famille. 
 
“Effectivement, c’est une famille où on ne parle pas beaucoup, explique son avocate, Me Bezzouh-Mauconduit. Mon client a été élevé, éduqué dans la violence. Il a été corrigé depuis qu’il a eu l’âge de 2 ans à coups de barre de fer, de bout de bois… Donc effectivement, communiquer, il ne sait pas faire. Aujourd’hui il a très peu parlé, il n’arrive pas à trouver ses mots. Alors oui, ce jour-là, ce coup de poing a été violent, parce que derrière ce coup de poing, il y avait énormément de frustration, de colère. Il se sentait accusé à tort, puisque ce jour-là il a été accusé à tort.”
 
Le soir du 22 avril 2017, au domicile familial de Faaone, l’accusé est pris à partie par son oncle qui lui reprochait d’avoir volé sa boîte de cannabis. Une fausse accusation qui a énervé l’accusé. Ce dernier lui a alors asséné un coup de poing à la mâchoire. Ce coup et la chute à terre ont entraîné le décès de l’oncle.

L’accusé risquait jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle, mais l’avocat général n’aura requis que cinq ans de prison dont deux avec sursis mise à l’épreuve.
Ce qu’a suivi la cour d’assises en le condamnant à une peine de 5 ans de prison dont deux avec sursis, assortie d’une mise à l’épreuve de 3 ans et d’une obligation de soins. L’obligation de soins psychiatriques sera étendue à l’issue de sa peine de trois ans. Il aura également l’obligation de chercher un travail.
Il a été conduit à Nuutania après l’annonce du verdict.

 

Rédaction web avec Sam Teinaore

infos coronavirus