samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Huahine : des normes de sécurité « plus strictes » pour la mairie détruite par l’incendie du 19 mars

Publié le

Le 19 mars, la mairie de Fare Huahine était entièrement détruite par un incendie. 6 mois après le drame, le conseil municipal travaille d’arrache-pied pour reconstruire la bâtisse. Si les travaux ont bel et bien commencé, aujourd’hui la date de fin des travaux reste encore incertaine. Les explications dans ce reportage de Jessica Doucet-Tuahu.

Publié le 05/10/2019 à 15:36 - Mise à jour le 05/10/2019 à 15:36
Lecture < 1 min.

Le 19 mars, la mairie de Fare Huahine était entièrement détruite par un incendie. 6 mois après le drame, le conseil municipal travaille d’arrache-pied pour reconstruire la bâtisse. Si les travaux ont bel et bien commencé, aujourd’hui la date de fin des travaux reste encore incertaine. Les explications dans ce reportage de Jessica Doucet-Tuahu.

Les habitants de Huahine se souviendront longtemps de ce 19 mars 2019. Ce jour-là, la mairie de Fare est ravagée par un incendie. Très vite le conseil municipal s’est activé à sa reconstruction. Le chantier démarre alors au mois d’avril. Toiture, charpente, mûrs et revêtements… Tout est à refaire. « On a demandé aux assurance de venir voir sur place… » indique Georges Tuihani, adjoint au maire.

120 millions de francs : c’est le coût estimé pour la reconstruction de la bâtisse, financée par la commune, l’assurance et le pays. Le gros des travaux est assuré par les employés de la commune. Et si la façade principale ne change pas beaucoup de l’ancienne mairie, quelques aménagements ont été apportés.

« L’une des conditions émises par l’assurance, c’est de reconstruire le bâtiment à l’identique, nous en avons discuté avec le conseil municipal, et nous avons décider d’apporter quelques modifications, nous sommes également beaucoup plus stricte sur les normes de sécurité » reprend l’adjoint au maire.

La fin de la pose de la toiture est prévue pour le mois d’octobre. Quant à l’aboutissement du chantier, difficile d’établir une estimation. Mais cela ne perturbe en rien l’accueil des administrés. La population prend son mal en patience.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Municipales 2020 : À Arue, un second tour boudé...

À Arue, trois listes s’affrontent : celle de Teura Iriti, de Tepuanui Snow et de Philip Schyle. La maîtrise de la crise sanitaire semble avoir fait revenir les électeurs au second tour, sans pour autant atteindre le niveau de 2014. Si la participation s’améliore par rapport au premier tour, elle est clairement marquée par un désintérêt général des électeurs.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV