vendredi 4 décembre 2020
A VOIR

|

Hotuarea : l’État rétrocède des terrains à la Polynésie

Publié le

Depuis 2015, l’État et le Pays conduisent un vaste projet de Résorption de l’Habitat Insalubre (RHI) sur le site qui longe la piste d’atterrissage de l’aéroport international de Tahiti-Faa’a, à Hotuarea.

Publié le 07/08/2019 à 17:38 - Mise à jour le 05/12/2019 à 16:54
Lecture < 1 min.

Depuis 2015, l’État et le Pays conduisent un vaste projet de Résorption de l’Habitat Insalubre (RHI) sur le site qui longe la piste d’atterrissage de l’aéroport international de Tahiti-Faa’a, à Hotuarea.

L’objectif de ce projet est de reloger in situ plus de 200 familles et de leur permettre d’accéder à un habitat digne et sécurisé, tout en permettant le dégagement de la bande de sécurité aéroportuaire.

Pour ce faire, l’État a décidé, de céder au Pays à l’euro symbolique des parcelles lui appartenant, et de lui restituer les parcelles cédées pour les besoins de l’aménagement de l’aéroport dans les années 60-70.

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur des finances publiques, Dominique Casabianca, représentant de France Domaine, ont ainsi signé, mercredi après-midi, l’acte authentique formalisant juridiquement le transfert de ces parcelles de l’Etat vers le Pays, en présence notamment du Secrétaire général chargé de l’administration de l’État en Polynésie française, Eric Requet, et du ministre de l’Economie verte, en charge du domaine, Tearii Alpha.

Cette rétrocession foncière permet de poursuivre les travaux engagés depuis 2017 sur le projet de logements sociaux « Nuumeha », au bénéfice des populations concernées.

Depuis 2016, l’État et le Pays ont conjointement financé, au titre du Contrat de projets 2015-2020, plus de 2,5 milliards Fcfp, pour la construction de 198 logements pérennes et de 48 logements de transit sur la zone de Hotuarea.

Ces rétrocessions vont ainsi permettre le démarrage du plus gros programme de construction de logement social en Polynésie.

infos coronavirus

Covid-19 : le service de réanimation du CHPF soutenu par la réserve sanitaire

Depuis le début de la crise, des réservistes sanitaires de métropole effectuent des missions pour renforcer et soulager les équipes de soignants. 12 d’entre eux, spécialisés en réanimation sont arrivés sur le territoire jeudi dernier. Ils travaillent 24 heures sur 24 heure aux côtés des équipes du CHPF. Une mission sur la base du volontariat.