samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Hommage à Ferfine Besseyre

Publié le

Publié le 25/05/2014 à 6:00 - Mise à jour le 25/05/2014 à 6:00
Lecture < 1 min.

Si le 11 décembre 2002, le tribunal d’instance a prononcé leur décès, Bernard Besseyre garde toujours l’espoir que son épouse Ferfine revienne à la maison. Douze ans après la disparition de Ferfine Besseyre son portrait trône toujours dans le salon familial. C’est la dernière image que Bernard garde de son épouse avant son départ aux Tuamotu. Elle n’est jamais revenue. Lui est resté avec leurs 4 enfants.
Bernard parle de son épouse au présent. Sa maison est devenue un lieu de souvenir. Les photos d’un mariage heureux restent figées sur les murs. Jaunis aussi par le temps, les articles de presse. Ils rappellent que Ferfine Besseyre s’était occupée du social en tant qu’adjointe au maire. Et pourtant, rien ne prédestinait cette fervente catholique à s’engager dans la politique.
Boris Leontieff avait aussi choisi Ferfine Besseyre pour suppléer le conseiller territorial Arsen Tuairau, candidat à la députation. Et leurs noms figuraient encore aux élections législatives les 1er et 15 juin 2002 malgré leurs absences. Bernard se souvient encore de la campagne menée par le Fetia api jusqu’à la tragédie.
Cet ancien policier à la retraite est un homme meurtri qui n’a toujours pas réussi à refaire sa vie.
Un reportage TNTV.
 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.