samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Hitia’a o te ra : le prêt de la discorde validé de peu

Publié le

Hitia’a o te ra a obtenu un prêt de plus de 500 millions de francs de l’Agence française de développement (AFD). Une somme qui va permettre à la commune d’engager plusieurs projets comme l’aménagement d’un réseau d’eau à Papenoo ou d’une salle de sport à Mahaena. Pourtant, tous les membres de l’équipe municipale ne voient pas ce prêt d’un bon œil. Ils l’ont fait savoir ce lundi matin, lors du conseil municipal à Tiarei.

Publié le 02/12/2019 à 16:48 - Mise à jour le 02/12/2019 à 16:48
Lecture 2 minutes

Hitia’a o te ra a obtenu un prêt de plus de 500 millions de francs de l’Agence française de développement (AFD). Une somme qui va permettre à la commune d’engager plusieurs projets comme l’aménagement d’un réseau d’eau à Papenoo ou d’une salle de sport à Mahaena. Pourtant, tous les membres de l’équipe municipale ne voient pas ce prêt d’un bon œil. Ils l’ont fait savoir ce lundi matin, lors du conseil municipal à Tiarei.

Dauphin Domingo pensait annoncer une bonne nouvelle à son conseil municipal réuni ce lundi matin à la mairie de Tiarei. Son équipe va bientôt pouvoir disposer de 520 millions de francs pour mettre en œuvre des projets structurants.

Il ne s’agit pas du Père Noël qui aurait un peu d’avance, mais de trois prêts accordés par l’Agence française de développement à la commune. Des prêts à taux 0 sur une durée de 15 à 20 ans.

Aménagement du réseau d’eau à Hitia’a et Atohei, construction d’une salle omnisports à Mahaena, achat de bus et de camions : les projets d’investissement ne manquent pas.

« C’est très important pour les demandes des quatre communes, explique Dauphin Domingo, le maire de Hitia’a o te ra. Aujourd’hui, le gros problème, c’est l’eau. J’avais demandé le FIP l’année dernière, on avait mis 500 millions. Ils m’ont répondu qu’il n’y a pas assez de trésorerie. Ils vont me donner cette année 200 millions pour un projet de 500 millions… Et puis à Mahaena, comme disait l’autre conseillère, ça fait 42 ans qu’elle attendait la salle de sport. »

Pourtant, cette première délibération présentée au vote n’obtient que 16 voix sur 29. Treize élus ont voté contre la conclusion de ces prêts.

« On n’est pas contre les projets, assure Henri Flohr, conseiller municipal qui a voté contre. Moi avec les autres conseillers municipaux, nous sommes d’accord pour demander aux trois partenaires que sont le Pays, l’Etat et le FIP, de nous aider à réaliser tous ces projets, mais pas contracter un prêt auprès de l’AFD si c’est un montant très élevé par rapport à notre budget principal. Parce que nous avons un budget principal d’environ un milliard, et que 500 millions, plus les 200 millions environ d’impayés eau et poubelle, donc il faut compter 700 millions, c’est aussi lourd pour la population de rembourser sur une durée de 20 ans. »

A l’ordre du jour du prochain conseil municipal : les orientations budgétaires. Un rendez-vous qui s’annonce difficile pour le maire, compte tenu de sa courte majorité.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Taputapuatea : Thomas Moutame entame son cinquième mandat

Le conseil municipal a été installé ce mardi matin à Avera en présence des 27 conseillers de la commune. Élu pour la première fois en 1997, Thomas Moutame entame son cinquième mandat.

Orages : vigilance jaune aux îles du Vent et...

Météo-France Polynésie a placé en vigilance jaune pour orages la zone : îles du Vent (Tahiti, Moorea-Maiao, Mehetia, Tetiaroa), et en vigilance jaune pour vent violent, Rapa.

Leadership, coaching pour entreprises : bientôt une académie en...

Pour s'adapter au monde d'après confinement et éviter les conférences et rassemblements, Pacific Ventury veut créer une...Publiée par TNTV Tahiti Nui Télévision...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV