vendredi 17 septembre 2021
A VOIR

|

Hinaraurea Va’a apporte son soutien à 30 familles nécessiteuses

Publié le

À Raiatea, le club de va'a Hinaraurea a décidé d’offrir toutes les récompenses de sa course initialement prévue ce week-end pour les offrir aux familles nécessiteuses de Taputapuatea et de Tumaraa. La cagnotte a ainsi permis d’acheter de quoi aider trente familles.

Publié le 18/04/2020 à 14:15 - Mise à jour le 19/04/2020 à 12:07
Lecture 2 minutes

À Raiatea, le club de va'a Hinaraurea a décidé d’offrir toutes les récompenses de sa course initialement prévue ce week-end pour les offrir aux familles nécessiteuses de Taputapuatea et de Tumaraa. La cagnotte a ainsi permis d’acheter de quoi aider trente familles.

Après avoir fait la répartition de leurs achats, Francine et Claire visitent les quartiers afin d’entrer en contact avec les familles les plus démunies ou en difficulté. “Nous n’avons pas de listes, mais on s’est dit que nous allions cibler des quartiers. Allez, on va à l’aventure, et on va certainement trouver des familles au fond des quartiers. Comme par exemple, une dame qui balayait ses feuilles au bord de la route. Je me suis arrêtée et elle m’a dit qu’ils étaient 6 dans leur fare. Et un peu plus loin, il y a une famille qui sont 9 dans un fare” explique Francine Daguenet, trésorière du club Hinaraurea Va’a.

Jessie Julien, habitante de Tehurui, est toute émue de recevoir autant de vivres. Se nourrir des produits de la terre est une bonne chose, mais ce n’est pas assez lorsque l’on manque de terre à cultiver. “C’est très généreux de leur part parce qu’on est vraiment en difficulté, et on ne va pas souvent en ville. C’est très difficile le confinement” confie-t-elle. “Bien évidemment, nous avons d’abord pris les produits de première nécessité comme le riz, les pâtes, le café, le lait et la lessive. Ainsi que du poulet, car je pense que ça fait beaucoup plaisir à ces familles-là” ajoute Francine Daguenet.

Ses denrées sont pour beaucoup un véritable don du ciel. Les enfants ont le sourire jusqu’aux oreilles. C’est bien la première fois que les familles sont face à ce genre de situation. “Ce n’est pas facile, surtout que l’on a interdit la pêche, alors quoi faire d’autre ? Les enfants continuent le coprah. Je ne peux que dire merci à ces gens qui nous donnent ces denrées aujourd’hui” nous dit Michel Faraire dit “Rapa”, habitant de Tehurui.

Lire aussi > Covid-19 : création d’une plateforme en ligne pour les bénévoles du fenua

En ce temps de crise, les Polynésiens restent soudés. Depuis le début du confinement, les actions solidaires se multiplient dans les communes.

Rédigé par

infos coronavirus