samedi 31 juillet 2021
A VOIR

|

Hainan Airlines pose ses roues sur le tarmac de Tahiti-Faa’a

Publié le

Publié le 20/10/2017 à 13:24 - Mise à jour le 20/10/2017 à 13:24
Lecture 2 minutes

Ce n’est pas encore l’inauguration d’une nouvelle liaison aérienne entre la Chine et Tahiti, mais deux vols charters qui se sont posés à Tahiti Faa’a. Le premier, ce samedi matin avec 68 représentants d’Hainan airlines, puis un second dans l’après-midi avec une trentaine de passagers. Officiellement il s’agit d’un voyage d’affaires, mais aucun des cadres chinois n’a eu le feu vert pour s’adresser aux médias.

Un seul représentant de la compagnie, un Américain,  s’est exprimé. “Beaucoup de Chinois sont intéressés pour venir en Polynésie et mon espoir c’est que ce séminaire et ces rencontres puissent drainer plus de voyageurs, plus de développement touristique et j’espère un vol direct depuis la Chine.”

Choc des cultures, ou bien emploi du temps serré. A peine sortis , ils sont peu nombreux à profiter du spectacle de danse initié, pour leur souhaiter la bienvenue au fenua. Tête baissée, le groupe s’est dirigé rapidement vers une autre salle d’embarquement sans un regard pour les danseurs et danseuses. Ces hauts dirigeants ont rendez au St Régis de Bora Bora, propriété de la compagnie, tout comme le Hilton de Moorea , et  dans leur bagages, peut-être des nouveaux projets d’investissements.

Du moins, c’est ce qu’espère Nicole Bouteau, ministre du tourisme. “C’est leur séminaire de travail et de direction annuel, et nous sommes très fiers qu’ils aient choisi la Polynésie pout tenir ces réunions où vraiment des grandes décisions sont prises et nous pensons et espérons que le choix de la Polynésie, c’est aussi pour faire des investissements en Polynésie française.”

Le séjour d’affaire de cette clientèle prendra fin le 26 novembre. Des contacts commerciaux sont déjà établis entre Hainan Airlines et ADT. L’avenir nous dira si ces appareils au logo rouge et jaune viendront se poser plus régulièrement sur le tarmac de Tahiti Faa’a.

 

Rédaction web avec Thomas Chabrol

infos coronavirus