samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Grève : la rentrée perturbée à l’institut Mathilde Frébault

Publié le

C’était la rentrée ce lundi matin pour les élèves de l’Institut Mathilde Frébault, et notamment les première année qui entament leur cursus de trois ans. Une rentrée un peu particulière pour ces futurs infirmiers puisque certains de leurs formateurs participent à la grève dans le secteur de la santé. Certains cours risquent donc de ne pas être assurés

Publié le 02/09/2019 à 16:42 - Mise à jour le 03/09/2019 à 18:09
Lecture 2 minutes

C’était la rentrée ce lundi matin pour les élèves de l’Institut Mathilde Frébault, et notamment les première année qui entament leur cursus de trois ans. Une rentrée un peu particulière pour ces futurs infirmiers puisque certains de leurs formateurs participent à la grève dans le secteur de la santé. Certains cours risquent donc de ne pas être assurés

Eva fait partie des 30 élèves à intégrer cette année l’Institut Mathilde Frébault. Son dossier a été retenu parmi les 200 candidatures reçues par la direction. Comme le veut la tradition, les deuxième et troisième années accueillent les nouveaux arrivants. Pour eux, ce sont les premiers pas d’une nouvelle vie. « On attend ça depuis très longtemps, 4 mois. (…) On attendait que ça : rentrer dans cette école. »

Car la profession d’infirmier attire. Elle garantie de trouver un travail une fois le diplôme en poche mais elle donne aussi du sens. Dans le cas d’Eva, c’est une expérience personnelle qui l’a menée sur cette voie : « quand mon petit frère a été hospitalisé, j’ai discuté avec les infirmiers et ça m’a donné envie de poursuivre dans cette voie. »

Mais cette rentrée s’est faite alors qu’un mouvement social touche le secteur de la santé. A l’Institut Mathilde Frébault, 6 formateurs sur 7 sont en grève. Ils demandent à être mieux considérés par la directrice. Ils réclament aussi le retour des 12 jours de congés pédagogiques qui leur ont été retirés. Et leur mouvement pourrait avoir des conséquences sur les enseignements. « Avec mes collègues nous sommes la cheville ouvrière de l’école donc là aujourd’hui c’est juste un accueil administratif mais quand les cours vont commencer, on ne sait pas qui va donner les cours si nous on ne les donne pas », nous dit Raphaël Colombani, cadre formateur et délégué du personnel.

Du côté de la Direction, on reste optimiste. Les formateurs extérieurs assureront leurs cours. Mais pour le reste… « On va gérer la grève au jour le jour. Pour l’instant les plannings sont établis donc les formateurs en place vont assurer leurs enseignements et pour le reste on va devoir réorganiser la première semaine de cours. Pour l’instant je ne peux pas anticiper sur un plus long terme », admet Tiare Martinez, directrice de l’Institut de Formations des Professions de Santé Mathilde Frébault.

Les élèves ont eux découvert en arrivant sur place qu’une partie de leurs formateurs est en grève. Tous espèrent juste que le mouvement ne s’éternisera pas.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV