lundi 6 décembre 2021
A VOIR

|

Grève générale : une marche et un sit-in annoncés

Publié le

La grève générale débutée mercredi se poursuit. Point majeur de la mobilisation : le port de Papeete, où un barrage filtrant a été mis en place au niveau de la zone sous douane. L’huilerie a également grossi les rangs des salariés mobilisés. D'autres piquets ont été mis en place. Si plusieurs groupes ou entreprises ont amorcé des négociations, le dialogue avec le gouvernement est rompu à ce stade. L’intersyndicale marchera demain, entre l’hôpital et la présidence.

Publié le 25/11/2021 à 18:12 - Mise à jour le 26/11/2021 à 9:05
Lecture 3 minutes

La grève générale débutée mercredi se poursuit. Point majeur de la mobilisation : le port de Papeete, où un barrage filtrant a été mis en place au niveau de la zone sous douane. L’huilerie a également grossi les rangs des salariés mobilisés. D'autres piquets ont été mis en place. Si plusieurs groupes ou entreprises ont amorcé des négociations, le dialogue avec le gouvernement est rompu à ce stade. L’intersyndicale marchera demain, entre l’hôpital et la présidence.

Un barrage filtrant a été installé à l’entrée de la zone sous douane ce matin jeudi. Les acconiers ont souhaité montrer leur potentiel de blocage. Deux des trois sociétés de Motu Uta participaient. Mais sans consensus sur ce qui pouvait entrer ou sortir de la zone… Du côté de la cale de halage, des pourparlers ont également eu lieu au sujet des pilotines.

Crédit Tahiti Nui Télévision

“Le président du Pays doit être digne. Je ne réponds pas à ces… je ne sais pas si ce sont des provocations. Il ne suffit que d’une petite mobilisation mais de qualité. Ça me suffit, déclare Patrick Galenon secrétaire général de la CSTP-FO. Les mots “outrage”… Pfff : c’est du cinéma. je ne suis pas dans le cinéma. je suis ici avec les gars. Ce n’est pas du cinéma.”

Lire aussi – Grève générale : “j’ai le sentiment d’un grand gâchis et d’une duperie” déclare Edouard Fritch

Les containers de denrées périssables ne seront pas bloqués.

Toujours à Motu Uta, l’Huilerie de Tahiti a rejoint le mouvement. “Avec la crise sanitaire, avec le gouvernement qui gère mal certains aspects… Les gens maintenant ne sont plus aveugles. Ils savent réfléchir, ils s’informent. Ils savent s’informer seuls. ils prennent seuls leurs décisions c’est pourquoi aujourd’hui on s’est tous mobilisé pour se lever contre le gouvernement, lance Harold Montrose, délégué syndical de l’huilerie de Tahiti. Ils prennent des décisions qu’eux mêmes ne respectent pas. Pourtant c’est eux qui doivent donner l’exemple. Ça me choque. C’est prendre le peuple pour des imbéciles.”

La direction redoute des difficultés de conditionnement du coprah.

Un peu plus loin à Fare Ute : malgré une baisse de la mobilisation, le piquet de grève est massif à l’OPT.

Le délégué syndical de l’OPT Moana Pihatarihoe, estime que “l’augmentation des prix oui elle est effective. Je vais donner un exemple simple : moi j’ai une grande famille, j’ai l’habitude d’acheter on va dire de l’huile de tournesol en 3L. De 570 Fcfp on est passé à 715 Fcfp. Oui le Smig pour nous, il faut qu’il soit augmenté. C’est normal. C’est que les plus petits salaires vont subir de gros dégâts.”

À l’Ouest, des rassemblements à la Somstat et chez EDT.

À l’hôpital de Taaone, la grève a débuté aujourd’hui. “Elle est suivie, assure Mireille Duval, déléguée syndicale. On va dire qu’il y a une adhésion mais après c’est vrai qu’on peut comprendre que certains veuillent se protéger, veuillent se reposer. Parce qu’on nous annonce une nouvelle vague. Et c’est peut-être pour ça que le personnel préfère être vigilant. (…) j’avais annoncé au président lors de la dernière soirée de négociation que [dans les hôpitaux périphériques NDLR] ils étaient remontés. Prêts même peut-être à faire une démission collective. Pour les inviter à venir prendre en charge la santé dans les îles.”

DR

L’hôpital sera le point de départ d’une marche, demain vendredi, à partir de 8 heures. L’Intersyndicale ralliera la Présidence. D’autres actions sont envisagées préviennent d’ores et déjà les partenaires sociaux…

Selon la présidence, on comptait ce jeudi 1,99% de grévistes dans les services du Pays. Un “chiffre en hausse qui s’explique par l’augmentation des grévistes à la direction de la Santé”. Ils seraient 0,67% dans le secteur de l’éducation, un chiffre en baisse par rapport à mercredi. Toujours selon la présidence, le taux global de grévistes est de 18,6%, en baisse de 6%.

infos coronavirus