mardi 30 novembre 2021
A VOIR

|

Grève générale : un premier jour relativement calme à Tahiti

Publié le

Le premier jour de grève a provoqué quelques perturbations au port autonome de Papeete et à l’aéroport de Faa’a. Des zones stratégiques au regard des impacts que pourraient avoir leur arrêt total. Du côté des gros employeurs, OPT et EDT ont également vu une partie de leurs employés se joindre au mouvement. Sur le plan général : pas de ruée vers les stations-services pour l’instant.

Publié le 24/11/2021 à 16:47 - Mise à jour le 24/11/2021 à 17:41
Lecture 2 minutes

Le premier jour de grève a provoqué quelques perturbations au port autonome de Papeete et à l’aéroport de Faa’a. Des zones stratégiques au regard des impacts que pourraient avoir leur arrêt total. Du côté des gros employeurs, OPT et EDT ont également vu une partie de leurs employés se joindre au mouvement. Sur le plan général : pas de ruée vers les stations-services pour l’instant.

Quelques perturbations dans le programme de vols, mais des avions qui décollent. A l’aéroport international de Faa’a ce mercredi matin, une poignée de grévistes était installée. Une trentaine d’agents d’ADT en majorité, rejoints par quelques salariés d’Air France. A quelques mètres, les travailleurs de la compagnie locale Air Tahiti se sont aussi joints à la grève. Pas de quoi immobiliser tous les aéronefs pour l’instant.

Une partie des salariés d’Air Tahiti se sont également joints au mouvement. Pas de quoi engendré des perturbations majeures. Néanmoins, les vols au départ et à destination de Raiatea ont tous été annulés ce mercredi (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Autre point stratégique, le port autonome. A l’appel du syndicat CSTP/FO, les travailleurs des sociétés d’acconage Sat Nui et Cotada se sont arrêtés. A 10h00, ils étaient près de 40 sur le piquet de grève, à l’entrée de la zone sous douane. Seuls les camions de la société Cowan ont continué de défiler : tous les bateaux ont pu être déchargés. Le représentant syndical des dockers de Cowan a déposé un recours contre l’obligation vaccinale mais la décision doit encore être rendue. “Maintenant je suis obligé de respecter, c’est pour ça je n’ai pas signé le préavis de grève. Et si ce recours tombe, on déposera à ce moment-là un préavis de grève propre à Cowan et à la fédération”, a annoncé Mahinui Temarii, secrétaire général du syndicat RTP-ARO no Porinetia.

Du côté de l’Office des postes et télécommunications, de minimes perturbations sont observées dans le fonctionnement des services et notamment dans les bureaux de poste et les boutiques Vini. Les premiers chiffres de la présidence font état d’un taux de grévistes de 9,57% à l’OPT, 22,36% chez Onati, 27,66% à Fare Rata et 38,1% chez Vini. A la mi-journée, 80% des bureaux de poste restaient pour autant ouverts. Outre les 8 points de revendications de l’intersyndicale, d’autres points propres aux salariés du groupe mobilisent les grévistes, comme le détaille Moana Pihatarioe, délégué syndical CSIP : “ce qui nous intéresse aussi principalement, c’est le nouveau système d’information au niveau du groupe, qui aujourd’hui engendre un mal-être au niveau des salariés. Il y a ce point-là et il y a d’autres points aussi. Il y a des points qui concernent notre convention d’établissement, il y a des points qui concernent la nouvelle réorganisation du groupe OPT”.

Chez le groupe OPT, les grévistes revendiquent d’autres points qui leur sont propres (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Autres chiffres provisoires : on dénombre également 40 grévistes à la CPS, seulement 0,95% dans les services du pays et 0,93% dans le secteur de l’éducation.

Du côté des stations services, aucun souci d’approvisionnement, ni de ruée de la population pour l’instant. Un durcissement du mouvement social sur les prochains jours pourrait néanmoins changer la donne et impacter fortement l’activité générale au fenua.

infos coronavirus