vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Grève : 10,22% des enseignants ont soutenu le mouvement national

Publié le

Publié le 03/04/2019 à 13:53 - Mise à jour le 03/04/2019 à 13:53
Lecture 2 minutes

Pas de marche pour manifester ce jeudi matin, mais des banderoles et des pancartes installées devant la façade du haut-commissariat. En métropole comme en Polynésie, les syndicats d’enseignants sont solidaires face à la réforme Blanquer. Selon les chiffres transmis par le ministère de l’Éducation, 10,22% des enseignants du premier et du second degrés ont pris part au mouvement de grève.
 
Au cœur des inquiétudes, la création d’établissements qui rassembleraient une ou plusieurs écoles primaires avec un collège. « Nous y sommes fermement opposés, affirme John Mau, co-secrétaire territorial du SNUipp-FSU Polynésie. Parce que ça voudrait dire que nos directeurs d’école seraient amenés à disparaître (…) et cette proximité avec les équipes pédagogiques et les parents serait amoindrie… »
 
Autre inquiétude, celle des étudiants en deuxième année de licence qui pourraient désormais être enseignants-remplaçants. Car « à l’heure où on se parle, un professeur des écoles a un niveau master 2, précise John Mau. Pour nous, c’est la porte ouverte à un recrutement de personnel moins formé, donc à bas prix, mais le problème n’est pas là : c’est tout simplement que l’enseignement serait de moindre qualité pour les élèves. »
 
Parmi les manifestants, les enseignants du second degré se sont aussi mobilisés contre le projet de l’Éducation nationale, et plus précisément contre la nouvelle réforme du bac.
 
« Selon les établissements, les élèves n’auront pas tous les choix, explique Alexandra Lanté, secrétaire territoriale du SNES-FSU.
C’est-à-dire que selon l’endroit où ils vont être, ils auront telles options et pas d’autres, ce qui fait qu’on n’a pas une égalité que l’école républicaine devrait pouvoir assurer aux élèves du lycée. »
 
Les pertes de postes sont également au cœur des préoccupations des professeurs, « puisque avec les spécialités que les élèves devront choisir en fin de seconde, des matières, comme les maths par exemple, peuvent disparaître de leur cursus de lycéen… », souffle-t-elle.
 
La réforme doit être examinée devant le Sénat début mai. En attendant, les syndicats d’enseignants espèrent mobiliser avec eux les sénateurs polynésiens. L’examen du baccalauréat, quant à lui, pourrait être perturbé cette année. Les enseignants du second degré sont en train de se prononcer sur la question par le biais d’un questionnaire.  
 
Les syndicats ont pu remettre leurs revendications au directeur de cabinet du haut-commissaire ce matin à 11 heures. Des revendications qui seront envoyées au ministère de l’Éducation nationale.
 
Enfin, le combat des enseignants du premier degré ne s’arrête pas là puisque près de 300 recours seront déposés ce vendredi au ministère de l’Éducation local et au vice-rectorat pour demander que les obligations réglementaires de service (heure d’accompagnement des élèves en difficultés) soient appliquées à toutes les écoles primaires.  
 
 

Rédaction web avec Sophie Guébel et Esther Parau-Cordette
 
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Witney, maquilleur et entrepreneur autodidacte

C’est une success-story que le confinement avait un peu occultée… Celle de Witney, maquilleur professionnel polynésien, qui a développé sa propre marque de rouges à lèvres.

100 personnes sur le dernier vol de continuité territoriale

500 personnes souhaitant rentrer en Polynésie française ont été contactées pour ce dernier vol. Au final, 100 personnes ont répondu favorablement et sont arrivées hier soir à Tahiti par le neuvième et dernier vol de continuité territoriale affrété par l’État et opéré par la compagnie Air Tahiti Nui, en provenance de Paris CDG, via Vancouver.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV