jeudi 4 mars 2021
A VOIR

|

Grands projets : les associations pour l’environnement s’imposent

Publié le

Publié le 08/06/2015 à 13:19 - Mise à jour le 08/06/2015 à 13:19
Lecture 2 minutes

Des manifestants étaient ce mardi matin devant la présidence. Ils déplorent qu’aucune association de protection de l’environnement ni aucun propriétaire foncier n’ai été consulté dans l’élaboration des grands projets et notamment concernant le Tahiti Mahana Beach. Nous voulons « que le gouvernement nous écoute. Jusqu’à preuve du contraire, il n’a entendu que les investisseurs, que les syndicats des entreprises. Mais à aucun moment il n’a reçu une association », explique Daniel Helme, du syndicat No te Arutaimareva. 
« Pour couvrir une surface lagonaire de 18 hectares, il faut des agrégats, de la terre des roches. Où vont -il aller les chercher ? Dans nos vallées. C’est nos vallées qui seront saccagées pour un projet », explique le syndicaliste. 

Les manifestants ont finalement pu rencontrer le président Edouard Fritch ainsi que deux ministres : Heremoana Maamaatuaiahutapu, pour l’Environnement et Albert Solia, pour l’Aménagement et de l’Urbanisme. Teva Rohfritsch, ministre de la Relance économique, également concerné par le sujet, n’a pu être présent. « Plusieurs sujets ont été abordés. Notamment la problématique des rivières, des extractions dans les rivières, le Mahana beach… », détaille Heremoana Maamaatuaiahutapu. 

Afin d’entendre plus longuement les associations sur les différents sujets, le président Edouard Fritch s’est engagé « à faire un calendrier de rencontres« , a déclaré le ministre de l’Environnement au micro de Tahiti Nui Télévision. Les discussions devraient démarrer la semaine prochaine.  
Prochainement, des comités de suivi seront créés comme « pour le Mahana beach », annonce Heremoana Maamaatuaiahutapu.  Des représentants d’associations y seront intégrés. « On ne pourra pas intégrer tout le monde mais il faut qu’il y ait des représentants des associations de protection de l’environnement concernés par les sujets », explique-t-il. Leur implication dans le projet Tahiti Mahana beach aurait d’ailleurs déjà été décidée. 

Le président du Pays s’est réjoui de cette rencontre et a reconnu le manque de communication avec les associations sur les grands projets. « Avec les associations de l’environnement, ça s’est très bien passé. Ce sont des associations qui demandent à dialoguer, à rencontrer les autorités, qui ont besoin de s’exprimer, de donner leur vision de nos projets. Effectivement je crois que ces échanges ont beaucoup manqué (…) Il faut les écouter. Ils ont sûrement de bonnes idées à partager avec nous », a-t-il déclaré. 

MK (Images/Interviews : Maite Mai, Juliano Tautu)

Edouard Fritch, président du Pays

Heremoana Maamaatuaiahutapu, ministre de l’Environnement

Daniel Helme du syndicat No te Arutaimareva

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu