jeudi 28 octobre 2021
A VOIR

|

Gaby Cavallo, chanteur lyrique, est décédé

Publié le

Gaby Cavallo est décédé ce lundi à 90 ans, des suites d'une longue maladie.

Publié le 04/10/2021 à 18:30 - Mise à jour le 06/10/2021 à 9:04
Lecture < 1 min.

Gaby Cavallo est décédé ce lundi à 90 ans, des suites d'une longue maladie.

Originaire d’Algérie française, Gaby Cavallo, artiste lyrique Baryton s’est formé au Conservatoire national de Paris avant de venir poser ses valises, en Polynésie en mai 1966, à la presqu’île de Taravao.

Avec son frère Jean Cavallo, il avait entrepris de promouvoir l’art lyrique en Polynésie, dans la salle de cinéma de Rudy Bambridge  au début des années 70, puis à la salle de l’OPEL de Pirae.

Depuis, il est connu et reconnu pour avoir initié et formé plusieurs élèves à l’art lyrique et à la technique vocale. Il avait créé un concours vocal, intitulé “le Penu d’Or”.

Auteur de livret d’opéra en langue tahitienne, son ambition a toujours été de former des voix polynésiennes à l’art lyrique, convaincu du potentiel du vivier vocal en Polynésie.

Il est également le précurseur d’écriture de livret en reo maohi, convaincu que l’Opéra était un excellent ambassadeur et nouveau vecteur pour la promotion de la belle langue et la destination de son pays d’adoption. Il a entrepris de traduire les œuvres lyriques les plus connues en langue tahitienne, dont un extrait a été joué à l’Opéra de Paris.

“Nous ne t’oublierons pas”, écrit dans un communiqué Fabien Dinard, directeur du Conservatoire artistique.

Une première veillée est prévue ce mardi 05 octobre 2021, à 18h00 à la salle Paroissiale de l’Eglise St Etienne de Punaauia. Une deuxième veillée est prévue ce mercredi 06 octobre 2021, à partir de 17h30, au domicile de sa fille à Taravao. La levée du corps se fera à 10h00 vers l’Eglise du Sacré-Cœur de Taravao. L’inhumation suivra au cimetière municipal de Taravao.

Pour des raisons sanitaires, il est demandé aux personnes de respecter les règles de distanciations et des gestes barrières.

Rédigé par

infos coronavirus