dimanche 7 mars 2021
A VOIR

|

Fronde des pêcheurs contre la balise « moucharde »

Publié le

Publié le 28/01/2017 à 11:40 - Mise à jour le 28/01/2017 à 11:40
Lecture 2 minutes

Sur les quais, l’annonce du Gouvernement met mal à l’aise les pêcheurs professionnels. Certains considèrent que ce système de suivi n’est pas clair. Pour Lévy, « Cet équipement de suivi est trop grand, il convient aux grands bateaux comme les thoniers, mais pas pour nous ». Alec de son coté exprime sa colère, « Il faut installer ces équipements sur les véhicules de services. Là bas, il y a des dépenses de carburant qui mériteraient plus de contrôle que chez nous. Et notre balise de détresse, on en fait quoi, on la jette ? »

Selon le Syndicat Ravaai Rau, le VMS, Vessel Monitoring Systeme, serait plus petit et moins performant que les GPS déjà obligatoire sur les thoniers, puisque c’est le réseau GSM qui relierait son signal aux autorités.

A ce jour, 500 Poti Marara et Poti Auhopu détiennent une licence de pêche côtière, ce qui leur ouvre le droit d’exploiter les ressources et leur donne accès à un régime d’aide financière très avantageux, dont la détaxe du carburant.

Pour justifier de ses droits, les bénéficiaires remplissent un livre de statistiques de leur pêche. Le traceur que veut leur imposer le Pays, permettrait de contrôler et éventuellement sanctionner les abus en carburant. Des abus soupçonnés, mais jamais prouvé jusqu’à maintenant.

Ce que comprend parfaitement Marc Atiu du syndicat Ravaai Rau « Le Pays veut savoir ou va son argent, c’est normal. On a d’autres choix que d’accepter. Sinon, il faudra payer comme tout le monde à la station ». Selon ce syndicat, les pêcheurs réticents à la mesure, pourraient être privés de leur licence.

La mesure sera obligatoire dès la publication au JOPF. Le pays dit avoir débloqué 30 millions pour l’achat de cet équipement. Il faudra encore attendre la fin de l’appel d’offre pour que le Service de la Pêche puisse les poser. Trois bateaux de Tahiti ont testé l’efficacité de ce nouvel équipement sur leur Poti Marara et Poti Auhopu durant un an, et il semblerait que son efficacité ait été prouvée.

Rédaction Web avec Tauhiti Tauniua Mu San.

infos coronavirus