vendredi 7 mai 2021
A VOIR

|

Formation : les jeunes sans solution reçus à la DGEE

Publié le

Publié le 27/08/2018 à 11:12 - Mise à jour le 27/08/2018 à 11:12
Lecture 2 minutes

Joyce et Walter Mahotu sont inquiets. Dans les locaux de la Direction générale de l’éducation et des enseignements ce mardi matin, le père et sa fille attendent leur rendez-vous avec un conseiller. Contrairement à la majorité des lycéens, Joyce Mahotu n’a toujours pas effectué sa rentrée. La jeune fille voulait poursuivre ses études vers un bac professionnel Accompagnement soins et services à la personne (ASSP).

L’adolescente a été mise sur liste d’attente mais aucune place ne s’est libérée. 12 jours après la rentrée, Joyce n’a trouvé aucune solution. Walter Mahotu, le papa, confie : « Cette situation ce n’est pas évident, on essaie de tout faire pour placer ma fille où elle veut vraiment aller. »

> Un recensement des places disponibles

Comme de nombreux autres jeunes polynésiens, Joyce Mahotu a répondu présente à l’appel de la DGEE qui a organisé une réunion pour les jeunes sans solution ce mardi matin. Objectif : les rencontrer, les écouter, faire le bilan de leurs envies et de leurs compétences pour les orienter vers une filière.

Anne-Valérie Faara, coordinatrice de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS), explique : « Nous avons accueilli les jeunes et leurs familles qui n’ont pas trouvé de formation pour leur proposer des places vacantes dans les lycées. Nous avons réalisé un recensement de toutes les places disponibles et nous leur proposons… »

Selon la responsable, près de 250 jeunes ont fait le déplacement ce mardi matin. Deux autres réunions similaires ont été organisées à Taravao et à Uturoa, à Raiatea.

> Plusieurs cas de figure

Après les entretiens, deux cas de figure sont possible. Dans le premier, les jeunes sont affectés dans la filière de leur choix et doivent attendre l’appel du directeur de l’établissement pour aller s’inscrire.

Dans le second, aucune des solutions proposées n’a été approuvée. La responsable ajoute : « S’ils n’ont toujours pas d’affectation, nous rappelons l’ensemble des familles pour les convier à une réunion le 31 août où nous leur présenterons la Mission de lutte contre le décrochage scolaire… » Un passage par la MLDS dure au minimum un an. Ensuite, les personnes accompagnées peuvent regagner les filières de leur choix.

Joyce Mahotu, elle, n’aura pas besoin de se rendre à cette prochaine réunion. Après deux heures d’attente, la jeune fille a trouvé une solution. Elle devrait intégrer le lycée Aorai pour une seconde technologique. Joyce Mahotu est repartie de la DGEE soulagée.
 

Rédaction web avec Oriano Tefau 

infos coronavirus